Kumbha Mela


Ville des tentes temporaires à Allahabad Kumbha Mela, Inde

Festivals de sites sacrés en Inde, appelés Melas, sont une partie vitale de la tradition de pèlerinage de l'hindouisme. Célébrant un événement mythologique de la vie d'une divinité ou une période astrologique propice, les melas attirent un nombre considérable de pèlerins de tout le pays. La plus importante d'entre elles, la Kumbha Mela, est un festival riverain organisé quatre fois tous les douze ans, alternant entre Allahabad et la confluence des rivières Gange, Yamuna et Saraswati; Nasik sur la rivière Godavari; Ujjain sur le fleuve Sipra; et Hardwar sur le Gange. Se baigner dans ces rivières au cours de la Kumbha Mela est considéré comme une entreprise de grand mérite, purifiant à la fois le corps et l’esprit. Au moins cinq millions de pèlerins assistent régulièrement aux festivals d'Allahabad et de Hardwar (un million de 13 ont visité Allahabad en 1977, un million de 18 en 1989 et presque un million en 24), de sorte que le Kumbha Mela est le plus grand rassemblement religieux du monde. C'est aussi l'un des plus anciens.

Deux traditions sont en circulation concernant l’origine et la date du festival: l’une provient de textes anciens connus sous le nom de Puranas et l’autre qui la relie à des considérations astrologiques. Selon l'épopée puranique, les dieux et les démons avaient brassé l'océan laiteux au début des temps afin de rassembler divers trésors divins, notamment un pot contenant de l'amrita, le nectar de l'immortalité. Lorsque la jarre a émergé de l'océan, les dieux et les démons ont entamé une bataille terrible pour la possession de celle-ci. Pendant douze jours et douze nuits (équivalant à douze années humaines), les dieux et les démons se sont battus dans le ciel pour la possession de la potion d'immortalité. Au cours de la bataille, que, selon certaines légendes, les dieux ont gagnées par ruse, quatre gouttes de la précieuse potion sont tombées sur la terre. Ces lieux sont devenus les sites des quatre festivals de Kumbha Mela. La tradition astrologique (attribuée à un texte puranique perdu et introuvable dans les éditions existantes) semble découler d'un festival très ancien appelé Kumbha Parva, qui a lieu à Hardwar tous les douze ans lorsque Jupiter se trouve dans le Verseau et que le soleil entre en Bélier. Plus tard, le terme «Kumbha» a été ajouté aux mélas détenus à Nasik, Ujjain et Prayaga (ancien nom d'Allahabad). Ces quatre sites ont été identifiés aux quatre emplacements mythiques du potion d'immortalité. En théorie, les festivals de Kumbha Mela sont censés avoir lieu tous les trois ans, alternant les quatre villes. En pratique, le cycle des quatre villes peut en réalité durer onze ou treize ans, en raison des difficultés et des controverses dans le calcul des conjonctions astrologiques. En outre, l'intervalle entre la Kumbha Mela à Nasik et celle d'Ujjain n'est pas de trois ans; ils sont célébrés la même année ou seulement une année d'intervalle. Cette déviation dans la pratique est intrigante et ne peut être entièrement expliquée ni par des moyens astrologiques ni par des méthodes mythologiques. Le graphique suivant donne les périodes astrologiques des quatre mélas et les années de leurs occurrences les plus récentes et futures:

Hardwar .....quand Jupiter est dans le Verseau et que le soleil est dans le Bélier pendant le mois hindou de Caitra (mars-avril); 1986, 1998, 2010, 2021.

Allahabad .....quand Jupiter est en Bélier ou en Taureau et que le Soleil et la Lune sont en Capricorne pendant le mois hindou de Magha (janvier-février); 1989, 2001, 2012, 2024.

Nasik .....quand Jupiter et le Soleil sont en Lion au mois hindou de Bhadrapada (août-septembre); 1980, 1992, 2003, 2015.

Ujjain .....lorsque Jupiter est en Lion et que le Soleil est en Bélier, ou lorsque Jupiter, le Soleil et la Lune sont en Balance pendant le mois hindou de Vaisakha (avril-mai); 1980, 1992, 2004, 2016.

L'antiquité de la Kumbha Mela est entourée de mystère. L'Encyclopedia Britannica indique que le pèlerin bouddhiste chinois, Hsuan Tsang, s'est rendu à un festival d'Allahabad au 7ème siècle de notre ère alors qu'il était en compagnie du roi Harsavardhana. La tradition associe le philosophe Sankaracharaya du 9e siècle à l'organisation de la Kumbha Mela à Prayaga (Allahabad). Sankaracharaya avait établi quatre monastères dans le nord, le sud, l'est et l'ouest de l'Inde et avait invité des yogis, des sadhus et des sages à se rencontrer sur ces sites pour un échange de vues philosophiques. Cependant, ces sites situés dans les quatre directions cardinales étaient séparés par de grandes distances et le site plus central de Prayaga était donc devenu le lieu de rencontre de choix. Les indologues supposent qu'au cours des siècles 9 à 12, d'autres moines et réformateurs religieux ont perpétué cet assemblage périodique de sadhus et de chefs de famille dans des lieux sacrés situés au bord de rivières sacrées, afin de créer un environnement de compréhension mutuelle entre les différentes sectes religieuses. De plus, le festival a donné aux propriétaires la possibilité de profiter de leur association avec les sages et les yogis de la forêt, normalement habitués à s’éclipser. Ce qui était à l’origine un festival régional à Prayaga est ainsi devenu le site de pèlerinage panindien par excellence.

Alors que plusieurs millions d'Indiens, hommes et femmes, jeunes et vieux, laïcs et moine, visitent l'Allahabad Kumbha Mela, le festival est traditionnellement connu comme la mela des ascètes et des sadhus. À l'heure la plus propice du jour le plus propice du festival, des milliers d'hommes saints et nus, appartenant à diverses sectes, s'immergent dans la rivière pour un bain de cérémonie. Après la baignade des sadhus, des millions d'autres personnes tentent d'entrer dans la rivière. Pour un hindou dévoué, se baigner dans les sites de Kumbha Mela (en particulier Allahabad et Hardwar) à ce moment propice est considéré comme une opportunité d'une portée incommensurable. Cette grande ferveur religieuse de tant de gens concentrés sur une si petite surface de terre et d’eau a souvent eu pour conséquence de piétiner à mort des centaines de pèlerins alors que les masses se dirigeaient vers les rives du fleuve. Au cours de la 1954, Kumbha à Allahabad a tué des pèlerins. Le gouvernement indien a pris des mesures pour remédier à ce problème, mais il est impossible de faire face à un si grand nombre de pèlerins.

En outre, il est important de noter que de nombreux hindous considèrent les sites de Kumbha Mela comme les lieux de prédilection des victimes, et le suicide rituel, bien que découragé par le gouvernement, est toujours pratiqué. Les Occidentaux sont déconcertés, voire choqués, par cette affaire et portent souvent des jugements sans comprendre les raisons mythologiques, religieuses et culturelles à la base de ce comportement. Bien que discuter en détail du sujet dépasse le cadre de cet essai, il est intéressant d'attirer l'attention sur les deux mythes d'origine du festival Kumbha Mela. Quatre gouttes d'un nectar ou d'une potion d'immortalité étaient censées être tombées au sol sur ces sites et, à certaines périodes astrologiques, on pense que ces quatre sites fonctionnent comme des portails menant à l'immortalité et à l'union éternelle avec Dieu. Comment de tels mythes ont-ils vu le jour et quel est le message qu'ils contiennent? Peut-être y a-t-il une énergie, un esprit ou un pouvoir mystérieux, manifesté à ces endroits et à ces époques qui aide d'une manière ou d'une autre les êtres humains à faire davantage l'expérience de l'immortalité spirituelle et de la divinité. Le fait que des centaines de millions de personnes (issues du système philosophique et métaphysique le plus ancien et le plus sophistiqué de la planète) croient depuis longtemps que cela est vrai suggère qu'un pouvoir impressionnant est effectivement présent sur les sites de Kumbha Mela.

Dans le cas de ceux qui abandonnent leur corps après s'être purifiés à Prayaga en se baignant au confluent de ces deux rivières - Ganga et Yamuna - les deux femmes de l'océan, il n'y a pas d'asservissement d'un autre corps lors d'une future naissance et de cette libération est atteint même sans connaissance philosophique.
-Raghuvamsa 13-58

Martin Gray est un anthropologue culturel, écrivain et photographe spécialisé dans l'étude et la documentation de lieux de pèlerinage à travers le monde. Au cours d'une année 38, il a visité plus de sites sacrés 1500 dans les pays 165. le Guide de pèlerinage mondial Le site Web est la source d’information la plus complète sur ce sujet.

Guides de voyage en Inde

Martin recommande ces guides de voyage

Kumbha Mela