L'abbaye de conque

Conques
L'abbaye de conque, france

Quand on aperçoit pour la première fois le flanc de montagne escarpé, rocheux et très boisé sur lequel l’abbaye de Conques est perchée, il est immédiatement évident qu’il ne convient pas à un quelconque bâtiment, habitation humaine ou activité commerciale. Pourtant, dans cette vallée isolée d’Auvergene, se trouve l’un des sanctuaires de pèlerinage les plus visités en France.

Pourquoi cet endroit particulier est-il devenu un sanctuaire si célèbre? Les autorités ecclésiales expliquent que Conques est devenue une escale majeure sur l'une des quatre routes principales menant à Saint-Jacques-de-Compostelle, en raison de l'abbaye bénédictine du XNème siècle qui abritait les reliques de Sainte-Foy. Conques, cependant, avait été vénéré comme lieu sacré bien avant que vénération de reliques et pèlerinages ne deviennent populaires aux 12ème aux 9èmes siècles. Avant l’arrivée des Bénédictins à 15, une église carolingienne avait été érigée pendant de nombreuses années. Auparavant, le site était considéré comme sacré par les habitants des forêts locales. À l'époque médiévale, on savait que Conques était un lieu particulièrement miraculeux et l'explication fournie aux pèlerins chrétiens était que les miracles avaient été causés par les reliques de Sainte-Foy. Un petit travail de détective concernant l’histoire de Sainte-Foy révèle cependant que cette personne n’a certainement pas eu le temps de mener la vie d’un saint. Foy était une petite fille qui vivait en Asie mineure (aujourd'hui en Turquie). Brûlée chrétienne à 819, elle fut classée martyre du Christ. Il n’existe pas d’histoires concernant l’enfant qui donneraient la moindre trace d’une vie sainte (comme celle trouvée avec saint François), ni aucune raison pour laquelle ses reliques auraient des pouvoirs spirituels. En outre, les reliques de Foy, comme tant d'autres à l'époque médiévale, sont d'une authenticité douteuse.

Ecrire dans La clé des voyageurs dans la France médiévale, John James raconte une histoire intéressante concernant l’acquisition des reliques par le monastère. Lors d'un rassemblement des moines de Conque, "le moine Armisdus fut choisi pour se rendre à Agen, où reposaient les ossements de sainte Foy. À son arrivée, il fut invité à se joindre à la communauté. Il ne fut pas pressé; il lui fallut dix ans pour gagner leur il attendit patiemment et, on l'espère, pas un peu coupable, jusqu'à ce qu'il soit nommé gardien des trésors de l'église, y compris le tombeau du saint. Il vint une occasion où il fut laissé seul dans l'église. , volèrent les os et, sur un cheval préparé pour l'occasion, transportèrent les reliques à Conques. Les moines furieux d'Agen poursuivirent, mais le voleur triomphant rentra chez lui avec son trésor et il fut reçu avec une grande joie. "

Martin Gray est un anthropologue culturel, écrivain et photographe spécialisé dans l'étude et la documentation de lieux de pèlerinage à travers le monde. Au cours d'une année 38, il a visité plus de sites sacrés 1500 dans les pays 165. le Guide de pèlerinage mondial Le site Web est la source d’information la plus complète sur ce sujet.

Conque