Saintes Marie de la Mer


Saintes Marie de la Mer, France

Saintes-Maries-de-la-Mer est un petit village de pêcheurs situé sur la côte centre-sud de la France méditerranéenne, dans la région de la Camargue dans les Bouches-du-Rhône. Les fouilles archéologiques et les légendes locales indiquent que le site a été vénéré comme lieu saint par une succession de cultures comprenant les Celtes, les Romains, les Chrétiens et, plus récemment, les Gitans de Roumanie. Autrefois lieu sacré de la déesse celtique à l'eau triple, la source sacrée était connue sous le nom d'Oppidum Priscum Ra. Remplacé par un temple romain dédié à Mithra au XNU siècle av. J.-C., le site fut ensuite repris par les chrétiens. Les sources historiques mentionnent une église du 4e siècle mais on sait très peu de son histoire avant le 9e en raison de son emplacement éloigné. On ne sait pas non plus précisément quand et pourquoi l'église locale est devenue le lieu le plus sacré des Tsiganes quelque temps après leur arrivée en Europe au début du 14.

Datant du milieu du XIIe siècle, l'église romane fortifiée abrite trois statues en bois, elles-mêmes de moindre âge, qui évoquent le caractère sacré du site. Selon une légende locale, après la résurrection du Christ, Marie-Madeleine, Marie-Salomé, Marie-Jacobe, Lazare et plusieurs autres disciples auraient été contraints de fuir la Terre Sainte par bateau. Après une traversée périlleuse en Méditerranée, le bateau a finalement atterri près du village actuel de Saintes-Maries-de-la-Mer, où les passagers se sont rendus à terre. Ce qui est arrivé aux passagers n’est pas précisé dans la légende, mais deux d’entre eux, Marie-Salomé et Marie-Jacobe, sont devenus, avec le temps, des objets de vénération pour les populations locales. L’église, cependant, consacre trois images, l’autre supplémentaire représentant Sara-la-Kali, dont l’origine et l’identité sont assez mystérieuses. Les gitans qui se pressent pour l'adorer chaque mai peuvent penser que Sara a été une puissante reine locale qui a accueilli les voyageurs fatigués de la Terre Sainte, alors que d'autres sources laissent penser qu'elle aurait pu être une ancienne déesse païenne ou une femme égyptienne noire qui était la servante de La mère du Christ, Marie. Quelle que soit l'explication, les trois statues féminines sont le sujet de la fascinante Pelerinage des Gitans, ou «Pèlerinage des Gitans», tenu chaque année en mai 24 et 25.

Au cours des semaines précédant le festival, des milliers de gitans affluent vers le petit village des quatre coins de l’Europe. C'est une période de grande fête, de danses et de fêtes. Les Gitans, sans-abri et errants, voient dans la fête un moment de culte religieux et une occasion de rendre visite à des amis et à des parents qu'ils n'ont pas vus depuis les festivals précédents. Dans l'après-midi du 24, l'église est remplie de pèlerins et entourée de milliers d'autres. Ils sont venus assister à l'arrivée des saints. Premièrement, les statues des deux Maries, stockées dans une ancienne boîte contenant d’autres reliques, sont abaissées depuis leur lieu de stockage, très haut dans l’église. Au fur et à mesure que le reliquaire descend, la foule des pèlerins, envahie par la ferveur religieuse, lève les mains, tenant même les bébés à bout de bras, persuadée que toucher les reliques avant qu'elles n'atteignent le sol, c'est recevoir une guérison et une protection merveilleuses. du malheur.

Après que les statues des deux Marie aient été révélées, la statue de Sara est extraite d'une crypte souterraine. Portée sur les épaules des gitans et accompagnée des pèlerins bruyants, Sara est emmenée en procession vers la mer. De retour à l'église, Sara et les deux Marie sont vénérées tout au long de la soirée par les nombreux pèlerins passant par le sanctuaire. Le lendemain matin, le 13 mai, les statues des deux Mary sont placées dans une barque puis emportées dans une grande et colorée procession menant à la mer. Dans l'après-midi, une cérémonie d'adieu est donnée aux saints, les gitans commencent à partir et le village de Saintes-Maries-de-la-Mer reprend sa vie paisible.

Martin Gray est un anthropologue culturel, écrivain et photographe spécialisé dans l'étude et la documentation de lieux de pèlerinage à travers le monde. Au cours d'une année 38, il a visité plus de sites sacrés 1500 dans les pays 165. le Guide de pèlerinage mondial Le site Web est la source d’information la plus complète sur ce sujet.

Saintes Marie de la Mer