Budhanilkantha

budanilkantha-2
Budhanilkantha, Katmandou, Népal

La statue Budhanilkantha du dieu hindou Vishnu, située à environ 10 kilomètres du centre de Katmandou, au pied de la colline de Shivapuri, est la plus grande et la plus belle sculpture en pierre de tout le Népal. C'est aussi le plus énigmatique.

Sculptée dans un seul bloc de pierre de basalte noir d'origine inconnue, la statue de Budhanilkantha a une longueur de 5 et se trouve dans une position inclinée dans un réservoir d'eau encastré (représentant la mer cosmique) d'une longueur de 13. Appelée le Vishnu endormi ou Jalakshayan Narayan, la statue représente la divinité allongée sur les bobines tortueuses du serpent cosmique Shesha (Shesha est l'éternel roi à plusieurs têtes des divinités serpentes connues sous le nom de Nagas, et est également le serviteur de Vishnu). . Les jambes de Vishnu sont croisées et les onze têtes de Shesha bercent sa tête. Les quatre mains de Vishnu tiennent des objets qui sont des symboles de ses qualités divines: un chakra ou un disque (représentant l'esprit), une conque (les quatre éléments), une fleur de lotus (l'univers en mouvement) et le club (savoir primitif).

budanilkantha-3
Budhanilkantha, Katmandou, Népal

Budhanilkantha signifie littéralement «le vieux bleu» et son nom fascine, comme l'explique l'excellent Rough Guide to Nepal:

«Le nom de Budhanilkatha a été une source de confusion sans fin. Cela n'a rien à voir avec le Bouddha (budha signifie «vieux», bien que cela n’empêche pas les Newars bouddhistes - une secte particulière de bouddhistes népalais - d’adorer l’image). Le vrai casse-tête est pourquoi Budhanilkantha (littéralement «Vieux bleu gorge»), un titre qui fait incontestablement référence à Shiva, a été attaché ici à Vishnu. Le mythe de la gorge bleue de Shiva, un favori au Népal, raconte comment les dieux ont démembré l'océan d'existence et déclenché par inadvertance un poison qui menaçait de détruire le monde. Ils ont supplié Shiva de les sauver de leur erreur et il a été obligé de boire le poison. La gorge brûlante, le grand dieu s'envola vers le nord au nord de Katmandou, frappa le flanc de la montagne avec son trident pour créer un lac, Gosainkund, et se désaltéra. Il ne souffrait d'aucun effet durable, à l'exception d'une tache bleue sur la gorge. On croit généralement que l'eau du réservoir du Vishnu endormi provient de Gosainkund, et Shaivas affirme qu'une image inclinée de Shiva peut être vue sous les eaux du lac pendant le festival annuel de Shiva qui a lieu au mois d'août, ce qui explique peut-être l'association. La légende locale affirme qu'une statue en forme de miroir de Shiva repose sur le dessous de la statue. "

Deux histoires anciennes offrent des explications différentes sur l'origine de la statue de Budhanilkantha. On dit que la statue a été sculptée et amenée (par des dévots ou par des travaux forcés) à son emplacement actuel à Katmandou pendant le règne du monarque Vishnugupta du VIIe siècle, qui contrôlait la vallée de Kathmandou sous le roi Licchavi Bhimarjunadev.

budanilkantha-1
Budhanilkantha, Katmandou, Népal

Une autre légende raconte que jadis, un fermier et sa femme occupaient une ferme dans une zone (non spécifiée) et cultivaient les terres qu’ils avaient frappées contre la divinité. Immédiatement après, le sang a commencé à couler du sol et ainsi la divinité perdue de Budhanilkantha a été retrouvée et placée dans sa position légitime.

Quelle que soit la source réelle de la statue et le moment de sa création, il est notoire que pendant une grande partie de son histoire, elle a été considérée comme une représentation de Vishnou. Cela est compréhensible, étant donné que la principale secte de l'hindouisme au Népal était le Vaishnavisme ou le culte de Vishnu. Cependant, à différentes époques, par exemple aux 12th et 13th siècles de la dynastie Malla, lorsque Shiva devint la divinité la plus populaire, le Budhanilkantha n'était pas autant vénéré.

À la fin du 14ème siècle, le roi Malla Jayasthitihi (1382 – 1395) est réputé pour avoir ravivé le culte de Vishnu en prétendant être la dernière incarnation de ce dieu souvent incarné. Les rois ultérieurs du Népal, notamment Pratap Malla (1641-1674), ont fait la même chose. Selon une histoire qui remonte à cette époque, Pratap Malla avait une vision prophétique, ce qui lui donnait une forte conviction et la crainte que si le roi du Népal visitait le temple Budhanilkantha, la mort serait imminente à son départ. En continuant à ce jour, les rois hindous du Népal ne visiteront pas le temple. La pratique de dévotion des autres hindous consiste à s'approcher des pieds de Vishnu et, après les avoir touchés, à faire des prières et / ou à rendre grâce au dieu (mais il est interdit aux visiteurs étrangers de le faire).

Budhanilkantha est devenu le site sur lequel Haribondhini Ekadashi a lieu pendant le 11ème jour du mois hindou de Kartik (octobre - novembre). Assisté par plusieurs milliers de pèlerins, c'est le principal festival de l'année pour célébrer le réveil de Lord Vishnu après son long sommeil.

Il est intéressant de noter que deux autres exemples des énormes sculptures en pierre du Vishnu Endormi existent dans la ville de Katmandou. L'un, accessible au grand public, se trouve à cinq kilomètres au nord-ouest du centre-ville, dans les jardins de Balaju. L'autre, qui ne peut pas être vu par le public, est au Palais Royal.

Martin Gray est un anthropologue culturel, écrivain et photographe spécialisé dans l'étude et la documentation de lieux de pèlerinage à travers le monde. Au cours d'une année 38, il a visité plus de sites sacrés 1500 dans les pays 165. le Guide de pèlerinage mondial Le site Web est la source d’information la plus complète sur ce sujet.

Carte Budhanilkantha

Carte Budhanilkantha