Mont sinaï, egypte

Monastère Sainte-Catherine, Mt. Sinaï, Egypte
Monastère Sainte-Catherine, Mt. Sinaï, Égypte (Élargir)

Dans la région judéo-chrétienne du Moyen-Orient, il y a quatre montagnes sacrées principales: le mont Ararat, dans l'est de la Turquie, le lieu de débarquement traditionnel de l'arche de Noé; Mt. Sinaï dans la péninsule du Sinaï, le sommet où Moïse a reçu les dix commandements; Mt. Moriah ou le mont. Sion en Israël, où se trouvent la ville de Jérusalem et le temple de Salomon; et le mont. Tabor en Israël, site de la transfiguration de Jésus. Mt. Sinaï, également appelé le mont. Horeb et Jebel Musa (la «montagne de Moïse») constituent le centre d'une destination de pèlerinage très vénérée, qui comprend le monastère Sainte-Catherine et le Buisson ardent, le plateau d'Élie et la plaine d'Ar-Raaha.

Moïse, le fondateur traditionnel du judaïsme, est né en Égypte, fils d'un esclave hébreu. Les Hébreux étaient dans l'esclavage en Égypte depuis quatre cents ans à partir d'environ 1650-1250 BC. Vers la fin de cette période, un prêtre égyptien au service du pharaon fit une prophétie voulant qu'un enfant soit né des Hébreux qui les libéreraient un jour de leur esclavage. En apprenant cette prophétie, le pharaon a ordonné que tout enfant de sexe masculin né des Hébreux soit tué par noyade. Dans l'espoir d'empêcher sa mort, les parents de Moïse le placèrent dans un petit panier qu'ils laissèrent à la dérive sur le Nil. Il a été trouvé par la fille du pharaon et a ensuite été élevé comme fils adoptif de la famille royale. Au cours de son éducation, il a reçu une formation approfondie sur les traditions ésotériques et magiques des écoles de mystères égyptiennes. À l'âge de quarante ans, Moïse découvrit que son peuple originel, les Hébreux, était asservi aux Égyptiens. Enragé par ces traitements cruels, il a tué un surveillant égyptien et s'est enfui dans le désert du Sinaï.

Environ quarante ans plus tard, tout en paissant du côté du mont. Horeb, Moïse est tombé sur un buisson ardent qui, miraculeusement, n'était pas consumé par ses propres flammes. Une voix s'exprimant hors du feu (Exodus 3: 1-13) lui ordonna de sortir son peuple de l'esclavage en Égypte et de le ramener à la montagne avec lui. À son retour, Moïse gravit deux fois la montagne pour communier avec Dieu. En ce qui concerne la deuxième ascension, Exodus 24: 16-18 déclare: Et la gloire de l'Éternel demeura sur la montagne de Sinaï, et la nuée la recouvrit pendant six jours. et le septième jour, Dieu appela Moïse du milieu de la nuée. Et l'apparition de la gloire de l'Éternel ressemblait à un feu dévorant au sommet de la montagne aux yeux des enfants d'Israël. Et Moïse entra au milieu de la nuée et monta sur la montagne; et Moïse fut dans la montagne quarante jours et quarante nuits. Pendant ce temps sur la montagne, Moïse a reçu deux tablettes sur lesquelles Dieu avait inscrit les Dix Commandements, ainsi que des dimensions précises pour l'Arc de l'Alliance, un sanctuaire portable en forme de boîte contenant les tablettes. Peu de temps après, l'Arc de l'Alliance fut construit et Moïse et son peuple s'éloignèrent du mont. Sinaï

Moïse monte du mont. Sinaï portant la tablette avec les dix commandements. Photographie de vitrail à l'église de Saint Aignan, Chartres, France.
Moïse monte du mont. Sinaï portant la tablette avec les dix commandements.
Photographie de vitrail à l'église de Saint Aignan, Chartres, France. (Élargir)

L'Arc de l'Alliance et son contenu supposé divin sont l'un des grands mystères de l'Antiquité. Selon des sources textuelles archaïques, l'Arc était un coffre en bois mesurant trois pieds neuf pouces de long sur deux pieds trois pouces de haut et de large. Elle était bordée d'or pur à l'intérieur et à l'extérieur et était surmontée de deux figures de chérubins à ailes qui se faisaient face à travers son lourd couvercle en or. Certains spécialistes pensent que l’Arc aurait pu contenir, outre les Tablettes de la loi, des météorites et des roches hautement radioactives. Au cours des deux cent cinquante années suivantes, entre le moment où il a été pris du mont Sinaï à quand il fut finalement installé dans le temple de Jérusalem, l'Arc fut gardé pendant deux siècles à Silo, fut capturé par les Philistins pendant sept mois, puis, après son retour aux Israélites, fut conservé dans le village de Kiriath. Jearim. Pendant tout ce temps, il a été associé à de nombreux phénomènes extraordinaires, dont beaucoup impliquaient l'assassinat ou l'incendie de nombreuses personnes. Des passages dans l'Ancien Testament donnent l'impression que ces événements sont des actes divins de Yahweh, le dieu des Hébreux. Les spécialistes contemporains croient toutefois qu’il peut y avoir une autre explication. Écrire dans Le signe et le sceau (concernant sa recherche de l'arc de l'alliance perdu), Graham Hancock suggère que l'arc, et plus précisément son contenu mystérieux, aurait pu être un produit de la magie, de la science et de la technologie égyptiennes anciennes. Fortement formé par le sacerdoce égyptien, Moïse connaissait très bien ces questions. Ainsi, les pouvoirs étonnants de l'Arc et de ses «Tablettes de la loi» pourraient provenir de la magie égyptienne archaïque plutôt que du dieu mythique Yahweh.

Actuellement, il n’ya aucune preuve archéologique que le pic de granite en pied 7507 (2288 mètre) de Jebel Musa sur la péninsule du Sinaï est le mont actuel. Sinaï de l'Ancien Testament, et divers érudits, tels qu'Emmanuel Anati, écrivant dans son étude approfondie, La montagne de dieu, ont proposé plusieurs emplacements alternatifs. L'association de Jebel Musa avec le mont biblique. Le Sinaï semble s'être développé pour la première fois au XNU siècle au moment où les ermites vivant dans les grottes de la montagne ont commencé à identifier leur montagne à l'ancien pic sacré.

Au sommet de Jebel Musa se trouve une petite chapelle dédiée à la Sainte Trinité. Cette chapelle, construite en 1934 sur les ruines d'une église 16th, est censée renfermer le rocher à partir duquel Dieu a créé les tablettes de la loi. Dans le mur ouest de cette chapelle se trouve une fente dans le rocher où Moïse se serait caché derrière la gloire de Dieu (Exodus 33: 22). Sept cent cinquante marches en dessous du sommet et de sa chapelle se trouve le plateau connu sous le nom de bassin d'Élie, où Élie a passé 40 jours et nuits à communier avec Dieu dans une grotte. A proximité se trouve un rocher sur lequel Aaron, le frère de Moïse, et les anciens de 70 se tenaient pendant que Moïse recevait la loi (Exodus 24: 14). Au nord-ouest du plateau d'Élie, des pèlerins robustes visitent Jebel Safsaafa, où des ermites byzantins tels que Saint Grégoire ont vécu et prié. Sous le sommet 2168 de Ras Safsaafa, se trouve la plaine d’Ar-Raaha, où les Israélites ont campé au moment où Moïse est monté sur la montagne et où Moïse a érigé le premier tabernacle.

L’identification présumée de Jebel Musa avec le mont biblique. Le Sinaï était une puissante attraction pour les ermites et les pèlerins du début de l'ère chrétienne. Le plus célèbre de ces pèlerins était sans doute Helena, une impératrice byzantine du Xe siècle, qui a confirmé sa conviction de l'authenticité de Jebel Musa en construisant la première église de la région. Traditionnellement appelée la chapelle du buisson ardent, elle a été construite sur le site même où poussait un rare spécimen de Rubus sanctus, l’arbuste encore vivant que les moines considèrent comme le buisson ardent original. Une communauté monastique s'est rapidement développée autour de cette chapelle et, pour protéger à la fois les moines et la chapelle des attaques de maraudeurs bédouins en liberté, l'empereur byzantin Justinian Ier a construit une basilique semblable à une forteresse autour de la chapelle de 542. La basilique a été appelée l'église de la transfiguration, en souvenir de la transfiguration de Jésus en présence de Moïse et d'Élie sur le mont sacré. Tambourin.

Le monastère de la Transfiguration est aussi appelé monastère Sainte Catherine après le martyre paléochrétien Sainte Catherine. Née sous le nom de Dorothea d'Alexandrie dans 294, elle fut ensuite torturée et décapitée par l'empereur romain Maximus pour l'avoir sans cesse critiqué pour son culte des idoles païennes. La légende raconte que le corps de Catherine a disparu miraculeusement et a été transporté par une bande d'anges au sommet du Jebel Katerina, le plus haut sommet de la péninsule du Sinaï. Trois siècles plus tard, des moines ont retrouvé son corps supposé non corrompu et l'ont ramené au monastère de la Transfiguration, où certaines de ses reliques et son nom subsistent encore.

Après l'impératrice Hélène, le prophète Mahomet fut le prochain pèlerin célèbre du djebel Musa et du monastère. Bien traité par les moines chrétiens orthodoxes, Mohammed a donné son engagement personnel de protection, qui incombait ensuite à tous les musulmans, assurant ainsi la survie des monastères. Les archives conservées au monastère de la Transformation indiquent qu’au cours des siècles, plusieurs milliers de pèlerins venaient chaque année et que le voyage du Caire prenait huit jours à pied et à dos de chameau. À la suite de la Réforme, la popularité du pèlerinage a considérablement diminué et jusqu’au milieu du 12, les pèlerins 14-1900 ne faisaient pas plus que faire chaque année. Dans le 80, le gouvernement égyptien a pavé des routes menant aux champs de pétrole et aux mines le long de l'ouest du Sinaï et a également aménagé un chemin de terre jusqu'au pied de Djebel Moussa et du monastère, ce qui a permis à un nombre croissant de touristes laïques de voyager en taxi depuis le Caire. L'occupation israélienne du Sinaï à 100, le retour de la région en Égypte à 1950 et l'achèvement d'une route goudronnée ont encore accru le nombre de visiteurs à Jebel Musa. Le service de bus à destination et en provenance du Caire est devenu disponible quotidiennement à 1967 et il n’est pas rare aujourd'hui que plus de cent pèlerins et touristes visitent l’ancien site sacré en une seule journée. Actuellement, les moines orthodoxes grecs s'occupent du monastère et de son extraordinaire collection d'art byzantin.

Autres emplacements possibles du mont. Sinaï

Martin Gray est un anthropologue culturel, écrivain et photographe spécialisé dans l'étude et la documentation de lieux de pèlerinage à travers le monde. Au cours d'une année 38, il a visité plus de sites sacrés 1500 dans les pays 165. le Guide de pèlerinage mondial Le site Web est la source d’information la plus complète sur ce sujet.

Pour plus d'informations:

https://sacredsites.com/africa/egypt/mount_sinai_egypt.html

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Mount_Sinai

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Biblical_Mount_Sinai

http://www.sacred-destinations.com/egypt/mount-sinai


Guides de voyage en Egypte

Martin recommande ces guides de voyage

Mont Sinaï