Bayazid Bostami, Chittagong

Entrée du sanctuaire de Bayazid Bostami, Chittagon
Entrée du sanctuaire de Bayazid Bostami, Chittagong (Élargir)

Situé dans la ville de Chittagong, le sanctuaire de Bayazid Bostami est l'un des deux lieux saints soufis les plus vénérés du Bangladesh (l'autre étant Hazrat Shah Jalal à Sylhet). Aussi connu sous le nom de Sultan-ul-Arefin (roi des gnostiques), Bayazid Bostami est né à 804, dans la ville de Bostam, en Iran. Il est décédé à 874 et est probablement enterré à Bistam, en Iran. Bien que l'on en sache très peu sur ses premières années, des rapports biographiques le décrivent comme un vagabond, un enseignant et un mystique profondément amoureux du divin. Il fut l'un des pionniers de ce qui devint plus tard connu sous le nom d'école «extatique» du mysticisme islamique et il est honoré dans la lignée de l'une des plus grandes confréries soufies, l'ordre Naqshbandi. Avant lui, le chemin soufi était principalement basé sur la piété et l'obéissance et il a joué un rôle majeur en plaçant le concept d'amour divin au cœur du soufisme.

Bien que Bayazid Bostami ait jamais visité Chittagong, il est plausible que ce soit ses disciples ou lui-même l'aient fait au milieu du 9ème siècle, Chittagong étant l'un des principaux ports de la route de la soie du sud reliant l'Inde, la Chine et le Moyen-Orient. . Le sanctuaire de Bayazid Bostami se compose de la tombe de Bostami, qui a été enfermée dans une structure moderne, d'une ancienne mosquée qui remonterait au temps du dernier grand empereur moghol Aurangzeb (1658-1707) et d'un étang avec de nombreuses tortues sacrées. . Si les locaux reconnaissent que le corps de Bayazid Bostami n’y est pas enterré, la tombe, qui lui est attribuée jawab ou imitation, est néanmoins un objet de vénération pour les milliers de pèlerins qui la visitent chaque année.

L'étang, connu localement sous le nom de Bayazid Bostami Pukur, abrite les tortues à carapace molle noires rares et menacées de 300-400, connues sous le nom de Bostami Kasim (Aspideretes nigricans). Les habitants de Chittagong appellent ces tortues Gadali-Madali et crois qu'ils sont des créatures surnaturelles qui n'ont pas obéi à l'ordre de Bayazid Bostami et ont pris cette forme après l'avoir mis en colère. On dit que ces tortues sont condamnées à passer l'éternité dans l'étang. Ce confinement, cependant, n'est pas une difficulté pour les tortues. En plus d'être soignés et protégés par les autorités du sanctuaire, ils sont nourris aux bananes, au riz et aux légumes par les visiteurs. Les tortues sont tellement habituées à la présence de personnes qu'elles se rassemblent sur une plate-forme lorsque chacune s'appelle, chacune s'étirant pour recevoir de la nourriture.

Pèlerin au sanctuaire de Bayazid Bostami, Chittagong
Pèlerin au sanctuaire de Bayazid Bostami, Chittagong (Élargir)
Martin Gray est un anthropologue culturel, écrivain et photographe spécialisé dans l'étude et la documentation de lieux de pèlerinage à travers le monde. Au cours d'une année 38, il a visité plus de sites sacrés 1500 dans les pays 165. le Guide de pèlerinage mondial Le site Web est la source d’information la plus complète sur ce sujet.

Bayazid Bostami, Bangladesh