Sites sacrés des Dogon, Mali


Sanctuaire de Binu, escarpement de Bandiagara, Mali

Les Dogon sont un groupe ethnique situé principalement dans les districts de Bandiagara et de Douentza au Mali, en Afrique occidentale. Cette zone est composée de trois régions topographiques distinctes: la plaine, les falaises et le plateau. Dans ces régions, la population Dogon d'environ 300,000 est plus fortement concentrée le long d'un tronçon d'escarpement appelé 200 kilomètre (125 mile) appelé les falaises de Bandiagara. Ces falaises de grès s'étendent du sud-ouest au nord-est, à peu près parallèlement au fleuve Niger, et atteignent des hauteurs allant jusqu'à 600 (pieds 2000). Les falaises constituent un cadre physique spectaculaire pour les villages Dogon construits sur les côtés de l'escarpement. Il existe environ 700 villages Dogon, la plupart comptant moins de 500.

Les origines précises des Dogon, comme de nombreuses autres cultures antiques, sont perdues dans la nuit des temps. Les premières histoires sont informées par des traditions orales (qui diffèrent selon le clan Dogon consulté) et des fouilles archéologiques (il en faut beaucoup plus). En raison de ces sources inexactes et incomplètes, il existe un certain nombre de versions différentes des mythes sur l'origine des Dogons, ainsi que des récits différents sur la manière dont ils sont passés de leurs terres ancestrales à la région de Bandiagara. Les gens se nomment eux-mêmes Dogon ou Dogom, mais dans la littérature ancienne, ils s'appellent le plus souvent Habe, un mot fulbe qui signifie «étranger» ou «païen». Certaines théories suggèrent que la tribu serait d'origine égyptienne antique. Après avoir vécu dans la région de la Libye, ils auraient migré quelque part dans la région du Burkina Faso, de la Guinée ou de la Mauritanie (différentes sources scientifiques indiquent des lieux différents pour cette période). Autour de 1490, victimes d’envahisseurs et / ou de sécheresse, elles ont émigré vers les falaises de Bandiagara au centre du Mali. Les techniques de datation au carbone-14 utilisées sur les vestiges mis au jour dans les falaises indiquent qu'il y avait des habitants dans la région avant l'arrivée des Dogon; il s'agissait de la culture Toloy des siècles 3rd à 2nd et de la culture Tellem des siècles 11 à 15.


Village Dogon de Songo, avec sa mosquée de boue, Mali

La première étude sur les Dogon a été entreprise dans 1903 par Louis Desplagnes, lieutenant de l'armée coloniale française. Les premiers scientifiques à avoir visité et étudié le peuple Dogon ont été les anthropologues français Marcel Griaule et Germaine Dieterlen, qui ont tout d'abord contacté les Dogon dans 1931 et ont poursuivi leurs recherches de manière intensive pendant les trois prochaines décennies. Griaule et Dieterlen ont mené des recherches approfondies sur les rituels et le symbolisme complexes des Dogons, ainsi que sur les idées cosmologiques dont ils sont l'expression. Les deux œuvres les plus importantes de Griaule sont Masques Dogons (1938) et Dien d'Eau (1948). Ce dernier ouvrage a été publié en anglais dans 1965 sous le titre Conversations avec Ogotemmeli: une introduction aux idées religieuses dogon.

Les croyances religieuses des Dogon sont complexes et leur connaissance varie au sein de la société Dogon. La religion Dogon est définie principalement par le culte des ancêtres et des esprits qu’ils ont rencontrés alors qu’ils migraient lentement de leurs terres ancestrales obscures vers les falaises de Bandiagara. Il existe trois principaux cultes chez les Dogon; les Awa, Lebe et Binu. L'Awa est un culte des morts dont le but est de réorganiser les forces spirituelles perturbées par la mort de Nommo, un ancêtre mythologique d'une grande importance pour les Dogon. Des membres du culte Awa dansent avec des masques sculptés et peints lors des funérailles et des anniversaires de la mort. Il existe différents types de masques rituels chez les Dogon 78 et leurs messages iconographiques vont au-delà de l'esthétique, dans le domaine de la religion et de la philosophie. Le but principal des cérémonies de danse Awa est d'amener les âmes des défunts à leur dernier lieu de repos dans les autels de la famille et de consacrer leur passage aux rangs des ancêtres.

Le culte de Lebe, le dieu de la Terre, concerne principalement le cycle de l'agriculture et son principal prêtre s'appelle un Hogon. Tous les villages Dogon ont un sanctuaire Lebe dont les autels sont recouverts de morceaux de terre afin d’encourager la fertilité continue de la terre. . Selon les croyances Dogon, le dieu Lébé visite les hogons toutes les nuits sous la forme d'un serpent et se lèche la peau afin de les purifier et de leur insuffler une force de vie. Les hogons sont responsables de la protection de la pureté du sol et officient donc lors de nombreuses cérémonies agricoles.

Le culte de Binu est une pratique totémique et il possède des associations complexes avec les lieux sacrés des Dogons utilisés pour le culte des ancêtres, la communication spirituelle et les sacrifices agricoles. Marcel Griaule et ses collègues en sont venus à croire que tous les sites sacrés majeurs des Dogons étaient liés à des épisodes du mythe dogon de la création du monde, en particulier à une divinité nommée Nommo. Nommo fut le premier être vivant créé par Amma (le dieu du ciel et créateur de l'univers) et il se multiplia rapidement pour devenir quatre paires de jumeaux. L'un des jumeaux s'est rebellé contre l'ordre établi par Amma, déstabilisant ainsi l'univers. Afin de purifier le cosmos et de rétablir son ordre, Amma a sacrifié un autre membre du Nommo, dont le corps a été découpé et dispersé dans tout l'univers. Cette distribution des parties du corps du Nommo est considérée comme la source de la prolifération des sanctuaires Binu dans toute la région Dogon.

En plus de contenir des parties du corps de Nommo, Binu abrite des esprits d'ancêtres mythiques ayant vécu à l'époque légendaire avant l'apparition de la mort chez l'homme. Les esprits Binu se font souvent connaître à leurs descendants sous la forme d'un animal qui intercéda pour le compte du clan lors de sa fondation ou de sa migration, devenant ainsi le totem du clan. Les prêtres de chaque Binu entretiennent les sanctuaires, dont les façades sont souvent peintes de signes graphiques et de symboles mystiques. Des sacrifices de sang et de bouillie de mil (le mil étant la principale culture des Dogon) sont effectués dans les sanctuaires de Binu au moment de la plantation et chaque fois que l'intercession de l'ancêtre immortel est souhaitée. À travers de tels rituels, les Dogon croient que la force bienveillante de l'ancêtre leur est transmise.


Sanctuaire Binu près d'Arou-by-Ibi, Bandiagara, Mali

À la fin de 1940, les prêtres Dogon ont grandement surpris les anthropologues français Griaule et Dieterlen en leur racontant des mythes dogons secrets sur l'étoile Sirius (8.6 à des années-lumière de la terre). Les prêtres ont dit que Sirius avait une étoile compagnon invisible à l'œil humain. Ils ont également déclaré que l'étoile se déplaçait autour de Sirius sur une orbite elliptique d'une année 50, qu'elle était petite et incroyablement lourde, et qu'elle tournait sur son axe.

Toutes ces choses se trouvent être vraies (le chiffre orbital réel est 50.04 +/- 0.09 années). Mais ce qui le rend si remarquable, c'est que l'étoile compagnon de Sirius, appelée Sirius B, a été photographiée pour la première fois en 1970. Alors que les gens commençaient à soupçonner son existence autour de 1844, il n’a pas été vu au télescope avant 1862. Les croyances Dogon, quant à elles, étaient supposées avoir des milliers d'années. Le nom Dogon de Sirius B (Po Tolo) comprend le mot étoile (tolo) et "po", le nom de la plus petite graine qu'ils connaissent. Par ce nom, ils décrivent la petitesse de l’étoile - c’est, disent-ils, "la plus petite chose qui soit." Ils prétendent aussi que c'est "l'étoile la plus lourde" et blanche. La tribu affirme que Po est composé d'un mystérieux métal très dense appelé sagala, qui, selon eux, est plus lourd que tout le fer sur Terre. Ce n'est que 1926 qui a découvert dans la science occidentale que cette minuscule étoile était un nain blanc, une catégorie d'étoiles caractérisée par une très grande densité.

De nombreux artefacts décrivant le système en étoile ont été trouvés, y compris une statue examinée par Dieterlen datant d’au moins 400. Les Dogon décrivent également une troisième étoile du système Sirius, appelée Emme Ya. Plus grosse et plus légère que Sirius B, cette étoile tourne également autour de Sirius. Autour de l'étoile Emme Ya tourne autour d'une planète d'où est originaire le mythique Nommos. À ce jour, cependant, les astronomes n'ont pas identifié Emme Ya. Nos appareils d'observation célestes seront-ils un jour assez puissants pour nous permettre de retrouver cette planète légendaire, ajoutant ainsi encore plus de mystère à l'extraordinaire - apparemment impossible - connaissance astronomique du Dogon? Outre leur connaissance du groupe Sirius, la mythologie Dogon inclut les anneaux de Saturne et les quatre lunes majeures de Jupiter. Ils ont quatre calendriers, pour le Soleil, la Lune, Sirius et Vénus, et savent depuis longtemps que les planètes gravitent autour du Soleil. Les Dogon disent que leurs connaissances astronomiques leur ont été données par les Nommos, des êtres amphibies envoyés de Sirius sur Terre pour le bien de l'humanité. Le mot Nommos vient d'un mot Dogon qui signifie «faire un verre» et les Nommos sont également appelés Maîtres de l'eau, des surveillants et des enseignants.

Les mythes Dogon racontent la légende des Nommos, qui sont arrivés dans un vaisseau avec le feu et le tonnerre. Après leur arrivée ici, ils ont installé un réservoir d'eau sur la Terre, puis ont plongé dans l'eau. Dans les traditions orales, dessins et tablettes des Dogons, il est fait référence à des êtres à l'aspect humain qui ont des pieds mais qui sont décrits comme ayant une grande peau de poisson coulant le long de leur corps. Les Nommos ressemblaient plus à des poissons qu’à des humains et devaient vivre dans l’eau. C'étaient des sauveurs et des gardiens spirituels: "Le Nommo a divisé son corps entre les hommes pour les nourrir; c'est pourquoi il est également dit que, comme l'univers" avait bu de son corps ", le Nommo a aussi fait boire les hommes. Il a donné toute sa vie principes aux êtres humains ". Le Nommo a été crucifié et ressuscité et visitera de nouveau la Terre à l'avenir, cette fois sous forme humaine. Des créatures similaires ont été observées dans d'autres civilisations anciennes - Oannes de Babylone, Ea d'Acadie, Enki de Sumer et Isis, la déesse égyptienne.

Les photographies montrent des sanctuaires de Binu près de Sangha et Arou-by-Ibi (les œufs d'autruche au sommet des toits symbolisent la fertilité et la pureté). Les lecteurs souhaitant étudier les Dogon plus en détail sont invités à consulter les écrits de Marcel Griaule, de Pascal Imperato, de Robert Temple et de Shannon Dorey énumérés dans la bibliographie. Des parties des informations susmentionnées ont été extraites de ces auteurs.

>Site cérémoniel du rite de passaage
Site cérémonial du rite de passaage pour les garçons Dogon devenus hommes,
près du village de Songo, Bandiagara

Site cérémoniel du rite de passaage


Le sanctuaire de Binu près d'Arou-by-Ibi

Martin Gray est un anthropologue culturel, écrivain et photographe spécialisé dans l'étude et la documentation de lieux de pèlerinage à travers le monde. Au cours d'une année 38, il a visité plus de sites sacrés 1500 dans les pays 165. le Guide de pèlerinage mondial Le site Web est la source d’information la plus complète sur ce sujet.

Bandiagara