Djenné, Mali

La mosquée de Djenné au Mali
La mosquée de Djenné, Mali (Élargir)

Djenné, la plus ancienne ville connue d'Afrique subsaharienne, est située sur les terres inondables du Niger et du Bani, à 354 kilomètres au sud-ouest de Tombouctou. Fondé par des marchands autour de 220 AD (près du site d'une ville plus ancienne datant de 800 BC), Djenné a prospéré en tant que lieu de rencontre pour les commerçants des déserts du Soudan et des forêts tropicales de Guinée. Capturé par l'empereur Songhaï Sonni Ali dans 250, il devint le centre commercial le plus important du Mali au cours du 1468e siècle. La ville a prospéré en raison de sa connexion directe par voie fluviale avec Tombouctou et de sa situation à la tête des routes commerciales menant aux mines d’or et de sel. Entre 16 et 1591, Djenné était sous le contrôle des rois marocains. Au cours de ces années, ses marchés se sont encore élargis et proposent des produits de toutes les vastes régions de l’Afrique du Nord et du Centre. En 1780, la ville fut conquise par l'empereur Tukulor al-Hajj 'Umar et fut ensuite occupée par les Français en 1861. Par la suite, ses fonctions commerciales ont été reprises par la ville de Mopti, située au confluent du Niger et du Bani, à 1893 km au nord-est. Djenné est maintenant un centre commercial agricole d'importance réduite, avec plusieurs beaux exemples d'architecture musulmane, y compris sa grande mosquée.

En plus de son importance commerciale, Djenné était également connu pour être un centre d'apprentissage et de pèlerinage islamiques, attirant des étudiants et des pèlerins de toute l'Afrique de l'Ouest. Sa Grande Mosquée domine la grande place du marché de Djenné. La tradition veut que la première mosquée ait été construite à 1240 par le sultan Koi Kunboro, qui s'est converti à l'islam et a transformé son palais en mosquée. L'apparition de la première mosquée est mal connue, mais Cheikh Amadou, le souverain de Djenné, l'a jugée trop somptueuse au début du XIXe siècle. Le Sheikh a construit une deuxième mosquée dans celle de 1830 et a laissé la première se dégrader. La mosquée actuelle, commencée à 1906 et achevée à 1907, a été conçue par l'architecte Ismaila Traoré, chef de la guilde des maçons de Djenné. À l'époque, le Mali était contrôlé par les Français, qui auraient pu offrir un soutien financier et politique à la construction de la mosquée et d'une école religieuse à proximité.

La Grande Mosquée est construite sur une plate-forme de socle surélevée de briques de boue séchées au soleil rectangulaires qui sont maintenues ensemble par un mortier de boue et recouvertes de boue. L'épaisseur des murs varie entre 16 et 24 pouces, selon leur hauteur. Ces murs massifs sont nécessaires pour supporter le poids de la structure haute et également pour isoler de la chaleur du soleil. Pendant la journée, les murs se réchauffent progressivement de l'extérieur; la nuit, ils se refroidissent encore. La salle de prière de la mosquée, avec quatre-vingt-dix piliers en bois supportant son plafond, peut contenir jusqu'à 3000. Cela aide l’intérieur de la mosquée à rester au frais toute la journée. La Grande Mosquée possède également des évents de toit avec des bouchons en céramique. Ces casquettes, fabriquées par les femmes de la ville, peuvent être retirées la nuit pour aérer les espaces intérieurs.


La mosquée de boue de Djenné
Mosquée de boue de Djenné (Élargir)

Les maçons de Djenné ont intégré des échafaudages en bois de palmier dans la construction du bâtiment, non pas comme des poutres, mais comme supports pour les travailleurs qui appliquent du plâtre pendant la fête annuelle du printemps afin de restaurer la mosquée. De plus, les poutres en palmier minimisent le stress résultant des changements extrêmes de température et d'humidité qui se produisent au cours de l'année. La façade de la mosquée a la même structure et les mêmes matériaux de construction qu’une maison traditionnelle à Djenné et comprend trois tours massives, chacune surmontée d’une flèche coiffée d’un œuf d’autruche (ces œufs d’autruche symbolisent la fertilité et la pureté).

Bien que la Grande Mosquée incorpore des éléments architecturaux trouvés dans les mosquées du monde islamique, elle reflète l'esthétique et les matériaux utilisés pendant des siècles par les habitants de Djenné. Son utilisation de matériaux locaux, tels que la boue et le bois de palme, son incorporation de styles architecturaux traditionnels et son adaptation au climat chaud de l’Afrique de l’Ouest témoignent de son lien élégant avec l’environnement local. Cette architecture de terre, que l'on retrouve partout au Mali, peut durer des siècles si elle est régulièrement entretenue.

La réparation ou l’entretien de la Grande Mosquée est supervisé par une guilde de maçons principaux de 80, qui coordonne également le replastage annuel du printemps. De nombreux citoyens de Djenné travaillent à la préparation de banco (boue mélangée avec des balles de riz) pour l'événement. Cela peut être comparé à une foire communautaire "avec beaucoup de festivités et de rires", comme le décrit un visiteur dans 1987:

"Chaque printemps, la mosquée de Djenné est remodelée. C'est un festival à la fois impressionnant, désordonné, méticuleux et amusant. Pendant des semaines, la boue est guérie. Les cuves basses du mélange collant sont périodiquement brassées par des garçons aux pieds nus. La nuit précédant le crépissage, un éclair de lune Les rues résonnent avec des chants, des percussions à percussion et des flûtes flamboyantes. Un sifflement retentit trois fois. Le quatrième, parfaitement assourdi, cent voix rugissent, et la foule se met en route pour un immense ramassage de boue. Des foules de jeunes femmes, la tête dressée sous le fouillis de seaux débordants d'eau, s'approchent de la mosquée, d'autres équipes apportant de la boue, des charges qui poussent des cris à travers l'immense place principale et envahissent la terrasse de la mosquée. et jouer, les jeunes garçons courent partout, certains recouverts de boue de la tête aux pieds. "

Ce festival, appelé le crépissage, est cependant menacé. La guilde des maçons a de plus en plus de mal à faire appel aux jeunes pour le festival du plâtrage à la boue. Beaucoup de jeunes garçons préfèrent gagner de l'argent en tant que guides touristiques ou quittent Djenné pour l'excitation de Bamako, la capitale en plein essor du Mali. En 1988, la vieille ville de Djenné et sa grande mosquée ont été nommés site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Jour de marché à la mosquée de Djenné
Jour de marché à la mosquée de Djenné (Élargir)


Martin Gray est un anthropologue culturel, écrivain et photographe spécialisé dans l'étude et la documentation de lieux de pèlerinage à travers le monde. Au cours d'une année 38, il a visité plus de sites sacrés 1500 dans les pays 165. le Guide de pèlerinage mondial Le site Web est la source d’information la plus complète sur ce sujet.

Djenné

afrique mali djenne