Sites sacrés zoroastriens


Approche à travers le grand désert à Chak Chak

La principale religion en Iran aujourd'hui est la secte chiite de l'islam, mais la religion beaucoup plus ancienne du prophète Zoroastre est toujours pratiquée ouvertement, en particulier dans les régions du centre et du nord-ouest du pays. Le nom de Zoroaster dans sa forme originale se trouve dans la Sainte Écriture Sainte Avesta en tant que Zarathushtra. Il n’est pas possible de dire exactement quand il a vécu, mais l’étude contemporaine s’est généralement mise d’accord sur les dates de 660-583 BC, son lieu de naissance étant situé dans la région du nord-ouest de l’Iran, maintenant connue sous le nom d’Azerbaïdjan. Semblable à d'autres grands sages des temps archaïques, la vie de Zoroaster est à la fois une histoire et une légende. On raconte des histoires de signes dans le ciel annonçant sa venue, de merveilles et de présages assistant à sa naissance et d'actes de pouvoir qu'il a accomplis lorsqu'il était jeune garçon. Vers l'âge de vingt ans, il se retira du monde pour chercher le divin par l'étude, la méditation errante et solitaire dans des régions montagneuses isolées. À l'âge de trente ans, il expérimenta la première des sept visions mystiques à partir desquelles il développa sa philosophie spirituelle et initia son ministère. Dans ces visions, une entité angélique du nom de Vohu Manah est apparue à Zoroastre et l'a escorté jusqu'au trône du Créateur, Ahura Mazda. Les enseignements de sagesse qu'il a reçus d'Ahura Mazda sont donnés sous la forme de dix-sept hymnes, les Gathas, contenus dans les Écritures Avesta. La religion zoroastrienne a trois commandements centraux de bonnes pensées, de bonnes paroles et de bonnes actions.

Zoroastre est né à l'ère des agriculteurs et sa religion est donc profondément associée au monde naturel. Outre son emphase sur le conflit éternel entre le bien et le mal, le zoroastrisme est également caractérisé par le culte de la nature, par la déification du soleil, de la lune et des étoiles et par des injonctions scrupuleusement respectées concernant la protection de la terre. Dans la foi zoroastrienne, le créateur Ahura Mazda est vénéré à la fois directement et par la vénération de ses diverses créations et de leurs gardiens surnaturels. On pense que le feu imprègne les six autres créations principales et est toujours présent lors des cérémonies zoroastriennes. Au cours de leurs prières, les croyants sont confrontés au feu ou au soleil ou à la lune, considérés comme des feux célestes et comme Ahura Mazda lui-même. Cependant, le feu n'est pas considéré comme un symbole, mais comme un être saint qui vient en aide à l'homme en échange de nourriture et de culte. La vénération du feu est également assimilée à l'invocation de la vérité dans l'esprit et le cœur du croyant.


Temple zoroastrien de Pir-e-Naraki, près de Yazd

La pratique du pèlerinage zoroastrien dans l'Iran contemporain est similaire à celle de la Perse préislamique, bien qu'elle soit pratiquée à une échelle extrêmement réduite. Au début de la religion, il semble que le foyer de chaque habitation familiale ait été utilisé pour le culte, mais autour du 4.th siècle avant JC ont commencé à construire des temples. Des temples de feu ont été construits dans des villages et des villes et, dans des lieux reculés, dans les hautes montagnes, des roches sacrées, des grottes et des sources sacrées ont été vénérées. Des preuves mythologiques et archéologiques indiquent que ces sites de montagne étaient des lieux sacrés païens bien avant le développement du zoroastrisme. L'historien grec Hérodote, écrivant dans le 5th siècle avant JC, a commenté l'utilisation de leurs sanctuaires de montagne au début du Zoroastrien: "Ce n'est pas leur coutume de faire et de dresser des statues, des temples et des autels, mais ils offrent des sacrifices sur les plus hauts sommets des montagnes." Au fil des siècles, cependant, ces sites sacrés naturels ont été élaborés et de simples temples construits. Ces sanctuaires de montagne, plus encore que les temples de feu des villes et des villages, sont devenus le centre de la tradition du pèlerinage zoroastrien.

Avec la venue de l'islam dans le 7th siècle après JC, le zoroastrisme perdit sa position de religion dominante, un grand nombre de zoroastriens se convertirent à l’islam et de nombreux sanctuaires lointains furent abandonnés et oubliés. La région montagneuse du centre de l’Iran autour de la ville de Yazd est devenue une forteresse du zoroastrisme et reste aujourd’hui la seule région importante où le pèlerinage de sanctuaires est encore pratiqué selon les anciennes traditions. Il y a six sanctuaires saints (appelés pirs ou pirangah) dans la région de Yazd et les pèlerinages annuels qui s'y rendent sont une occasion de rassembler les membres de différents villages. Bien que chaque village ait son propre temple du feu où sont organisées des initiations, des festivals agricoles et des cérémonies funéraires, les pèlerinages annuels à Pir-e Sabz et les cinq autres sanctuaires de montagne sont les périodes religieuses les plus importantes de l'année. Les pèlerins peuvent visiter n’importe quel sanctuaire tout au long de l’année, mais l’avantage religieux est considéré comme le plus bénéfique lorsqu’un individu participe aux pèlerinages annuels communautaires. Les cérémonies de pèlerinage dans les sanctuaires durent généralement cinq jours et les pèlerinages eux-mêmes sont désignés par le terme musulman «hajj». Le pèlerinage est à la fois une entreprise d’importance spirituelle et une occasion de se régaler, de faire de la musique et de danser.


Temple zoroastrien de Pir-e-Naraki, près de Yazd

Écrivant sur les légendes fondatrices des six principaux sanctuaires de la région de Yazd, Michael Fischer explique que leur "origine mythique est une variante de la légende de Bibi Shahbanu, à savoir qu'au moment de l'invasion arabe, une fille, un fils ou un membre du La cour de Yazdegird III s'enfuit devant une armée arabe en direction de Khorassan, atteignit un point d'épuisement près de Yazd, fit appel à Dieu et fut emmenée dans la montagne, le rocher, le puits ou la grotte sous les yeux arabes égarés. concerne un processus de redécouverte, c’est-à-dire que l’emplacement de ces sites d’ascension vers le monde à venir a été perdu. Puis, à une époque relativement récente, ils ont été redécouverts par un berger, un enfant ou une autre personne dans le besoin. l'esprit ou le saint (pir) est apparu dans une vision ou un rêve. Cet esprit aide le protagoniste humain en résolvant le mystère de la brebis perdue, du chemin égaré, etc., en demandant en retour la construction d'un sanctuaire. " Cette légende, couramment utilisée par les dévots zoroastriens pour sanctifier leurs sanctuaires de montagne, est toutefois connue pour dater d'une période historique manifestement plus récente que les sanctuaires eux-mêmes. Les sanctuaires de montagne zoroastriens de la région de Yazd ont été utilisés comme lieux saints bien avant la naissance de l’islam et sont donc antérieurs à toute légende associée à cette religion. Les six sanctuaires sont:

  • Pir-e Sabz (Chak-Chak); 72 kilomètres de Yazd, près d’Ardakan; période de pèlerinage Juin 14-18.
  • Seti Pir; à l’est de Yazd, période de pèlerinage au mois de juin 14-18, souvent visitée sur le chemin du sanctuaire de Pir-e Sabz.
  • Pir-e Narestuneh (Narestan); Montagnes de Kharuna, six milles à l'est de Yazd; période de pèlerinage: fin juin, après Pir-e Sabz.
  • Pir-e Banu-Pars; près de Sharifabad; période de pèlerinage début juillet.
  • Pir-e Naraki; au pied du mont. Nareke, au sud de Yazd; période de pèlerinage à la mi-août.
  • Pir-e Herisht; près de Sharifabad.

Le sanctuaire de Shekaft-e Yazdan (la «fente de Dieu») situé dans la vallée de Tutgin, près du village de Zardju, est parfois visité après le pèlerinage au sanctuaire de Pir-e Banu-Pars. (Un autre site sacré dans la région de Yazd est le sanctuaire musulman de Haji Khezr, dans la ville de Kuhbanan.)


Approche à travers le grand désert à Chak Chak
Sanctuaire de Pir-e-Sabz

Pour les Zoroastriens iraniens, l'été commence par le pèlerinage à Pir-e-Sabz. Ce site éloigné est le plus saint et le plus visité des sanctuaires de montagne zoroastriens. Les légendes du sanctuaire racontent l'histoire d'une armée arabe conquérante qui avait poursuivi Nikbanoo, la fille de l'empereur sassanien Yazdgird III, dans cette région. Craignant d'être capturée, elle a prié Ahura Mazda de la protéger de l'ennemi. En un rien de temps, la montagne s'ouvrit miraculeusement et la protégea. Ce site légendaire, où une source sacrée jaillit de l’imposante falaise, s’appelle également Chak-Chak, ce qui signifie «goutte-à-goutte» en persan. Un arbre immense et ancien qui, selon la légende, était autrefois la canne à sucre de Nikbanoo, est situé près de la source sacrée. On pense que les eaux de la source sont des larmes de chagrin versées par la montagne pour Lady Nikbanoo. L'enceinte du sanctuaire, une grotte artificielle, est recouverte de marbre et ses murs sont assombris par la suie des incendies qui brûlent éternellement dans le sanctuaire. Chaque année, de juin à novembre, plusieurs milliers de zoroastriens d’Iran, d’Inde et d’autres pays affluent vers le temple de Pir-e Sabz. Un des chemins de pèlerinage menant à Chak-Chak est un chemin de terre qui commence près du village d’Elabad, au nord de Yazd. Pour les pèlerins, il est de tradition de s'arrêter dès qu'ils voient le sanctuaire et de continuer leur chemin à pied. Plusieurs pavillons couverts de toits ont été construits sur les falaises au-dessous du sanctuaire. Ils sont très encombrés de pèlerins jour et nuit.


Temple zoroastrien de Chak Chak, près de Yazd

Notes sur les montagnes sacrées zoroastriennes

Des sources d'informations sur les montagnes sacrées zoroastriennes se trouvent dans des parties de la littérature zoroastrienne Avesta connue sous le nom de Zamyad Yasht et le Pahlavi Bundahishn.

Mt. Ushi-Darena (traduit par 'Soutien de la Conscience Divine' ou 'Soutien de la Sagesse Divine') est la montagne où Zoroastre a atteint l'illumination et a reçu la connaissance révélée du dieu suprême, Ahura Mazda. Un autre saint zoroastrien mentionné dans la littérature de Avestan Yasht, Asmo-Khanvant, a également atteint une illumination spirituelle sur Ushi-Darena. Cette montagne semble être située dans le mont. Les Alborz se situent près de l’Azerbaïdjan, lieu de naissance traditionnel de Zarathoustra. Le Bundahishn le place toutefois dans le Seistan (ou Sajestan), à l'est de l'Iran, dans la région mentionnée dans l'Avesta (Vendidad I, 9-10) sous le nom de Vaekereta, ancien nom de Kaboul (ou Sajestan). Les Grecs ont appelé à Dranjiana et dans les écrits Pahlavi il est connu comme Hushdastar.

Mt. Asnavant, maintenant connu comme le mont. Ushenai dans la région de l'Azerbaïdjan près du lac sacré de Chaechasta (également connu sous le nom d'Urumiah). Asnavant est une autre montagne où Zarathoustra a vécu pendant plusieurs années, pratiquant la méditation solitaire. Dans le Bundahishn, le mont. Asnavant est appelé le siège d'Adar Gushasp, le feu sacré. C'est sur cette montagne que l'on croit que Zarathoustra a acquis le pouvoir et l'énergie de se rendre dans le monde en tant que grand enseignant spirituel, alors que c'était sur le mont. Ushi-Darena qu'il a réalisé la réalisation de ce qu'il a enseigné plus tard. Les légendes du mont. Asnavant indique qu'il a un pouvoir qui dissipe l'ignorance et développe la pureté.

Mt. Hara-Berezaiti, identifié comme étant le mont. Alborz. Le Bundahishn mentionne comme existant sur cette montagne un "pont du jugement" ou "pont de la discrimination morale" qui est une voie menant à l'autre monde. Ce pont ou ce sentier est censé s'étendre entre deux montagnes, Chakad-e-Daitik et la crête Arezur du mont. Alborz. Les écritures zoroastriennes parlent d'un saint roi, Yima Vivanghvant, qui a reçu le pouvoir de la prophétie d'Ahura Mazda sur cette montagne.

Pour plus d'informations sur les sites sacrés et les pratiques de pèlerinage du zoroastrisme, consultez les sources suivantes:

  • Une forteresse persane du zoroastrisme; par Mary Boyce; Oxford Press; 1977
  • Cercles sacrés: circuits de festin et de pèlerinage en Iran (musulmans zoroastriens et chiites); par Michael Fischer; dans Sacred Places et Profane Spaces, édité par Jamie Scott; Greenwood Press, New York; 1991
  • Les Zoroastriens d’Iran: conversion, assimilation ou Persistance; par Janet Amigh; AMS Press, New York; 1990
  • Zoroastrisme en Arménie; par James Russell; Harvard University Press, Cambridge; 1987

Notes complémentaires sur le pèlerinage zoroastrien et les sites sacrés:

Caractéristiques géographiques et origine des lieux de pèlerinage des Zoroastriens en Iran

Introduction

Les lieux saints les plus importants en Iran pour les zoroastriens sont probablement les lieux de pèlerinage situés près d’Ardakan, d’Aghdâ, de Mehriz et de Yazd, situés dans la province de Yazd, dans le centre de l’Iran. Chaque année, des centaines de Zoroastriens visitent ces lieux saints non seulement de différentes régions d'Iran, mais également de différentes régions du monde. Le but de cet article est de mettre en évidence la signification et les caractéristiques de ces lieux historiques et religieux.

Les lieux de pèlerinage pris en compte dans cet article sont les suivants: Pir-e Sabz, Pir-e Herisht, Pir-e Narestaneh, Pir-e Banoo et Pir-e Naraki.

Lieux géographiques

À l'exception de Pir-e Herisht, tous les autres lieux de pèlerinage sont situés sur ou à proximité des pentes montagneuses. Les emplacements de ces lieux de pèlerinage sont indiqués dans le tableau 1. Le plus proche de ces lieux saints à Yazd est Narestaneh et le plus éloigné est Pir-e Banoo.

Tableau 1: Emplacement des lieux de pèlerinage des Zoroastriens par rapport au Yazd et aux autres villes les plus proches.

Lieu de pèlerinage Situation par rapport à Yazd Localisation comparée à d'autres villes
Pir-e Sabz 65 km nord ouest 40 km au nord-est d'Ardakan
Pir-e Herisht 90 km nord ouest 15 km au nord-est d'Ardakan
Pir-e Narestaneh 30 km au nord _______
Pir-e Banoo 110 km ouest 12 km au sud d'Aghdâ
Pir-e Naraki 55 km sud est 15 km à l'ouest de Mehriz

Pir-e Sabz (Chak Chaku) est situé sur le versant de la montagne Chak Chak, dans une zone abandonnée (plaque 1). Une route secondaire reliant Ardakan au village de Khorânagh passe au 14 km. Pir-e Herisht a été construit sur une petite colline et se trouve à environ 5 km d'une route secondaire menant à Khor (soleil) au cœur du Dasht-e Kavir (Le grand Kavir). Une petite ferme et une source, appelée Howz-e Gowr (piscine zoroastrienne), est l’endroit le plus proche de Herisht situé à 14 km de distance près de la route menant au Khor.

Narestaneh est situé dans l'une des parois de la vallée de la montagne Narestaneh, qui est également un endroit isolé. Le village le plus proche de ce lieu saint est Dorbid, situé à 7 km au nord. La dernière fois (1990) que j'ai visité ce village, deux familles de bergers y vivaient. L'un des bergers désigna les vestiges d'un ancien temple du feu de Dorbid. Il avait été démoli et rasé par la population locale (principalement de la ville) qui souhaitait construire une mosquée.

Pir-e Banoo est le lieu de pèlerinage le plus éloigné de Yazd. Il est situé dans l'une des nombreuses vallées habitées par des agriculteurs, des bergers et des chasseurs locaux. Il est proche de l'Aghdâ, une zone pleine d'anciens noms persans, ainsi que de nouveaux noms arabes. Les noms persans tels qu'Ormudeh, Ashtigah (lieu de la paix!), Desgin, Parpar, Haftador (Hapt Ador = Seven Fire) semblent être historiques.

Caractéristiques archéologiques

Aucune preuve archéologique n'a encore été trouvée dans ces lieux saints pour suggérer une antiquité ou un âge très ancien des caractéristiques. Le bâtiment le plus ancien, probablement celui de Pir-e Banoo, ne pourrait pas être plus vieux que 200 en raison de ses éléments architecturaux et de ses matériaux, mais également en fonction des inscriptions existantes. Peut-être les bâtiments ou structures les plus anciens ont-ils été démolis naturellement ou au cours du processus de reconstruction.

On peut supposer que ces lieux ont été importants pendant de nombreux siècles avant le renouvellement des bâtiments de Firealtar. Bien que les preuves archéologiques soient absentes dans ces lieux, il existe des preuves provenant de zones proches. Dans la montagne Aghdâ, près du village de Zarjoo (adjacent à Pir-e Banoo), une grotte historique a été trouvée avec des traces de restes compactés et cimentés de débris provenant d'une cheminée. Jusqu'à présent, personne n'a tenté de déterminer l'âge exact de l'habitation de cette grotte et l'âge de la cheminée. Dans l'affaire Naraki, par exemple, plusieurs outils et sculptures archéologiques ont été découverts près de Mehriz. Ils ont été interprétés comme des vestiges achéménides. Cependant, rien n’indique qu’il existe un lien entre les preuves archéologiques découvertes dans les environs et la présence de lieux saints.

Des rumeurs circulent parmi les populations locales sur des trésors historiques découverts par des bergers et des passagers étrangers. Les habitants parlent de points où ils ont trouvé des pièces de monnaie, des bijoutiers brisés, un poignard et des squelettes humains autour des lieux de pèlerinage. Malheureusement, dans plusieurs cas, les preuves archéologiques d'activités humaines ont été enlevées ou détruites par des personnes à la recherche de trésors de valeur.

Théories sur l'origine de ces lieux saints

L'une des théories les plus anciennes et les plus conventionnelles sur l'origine de ces lieux saints est liée à l'époque de l'invasion arabe. Le début de l'événement, selon cette théorie, est lié à la poursuite des filles ou des parents de Yazdgerd III, le dernier roi sassanien d'Iran par des envahisseurs étrangers. La famille du roi, et particulièrement ses filles avec leurs trésors, se dirigeaient vers Khorasan. Khorasan est situé dans la partie nord-est du pays et était beaucoup plus grand qu'aujourd'hui pendant la période sassanienne. Le but des membres de la famille Yazdgerd était de s'échapper des envahisseurs arabes vers un endroit plus sûr et éloigné de Pars, qui était le continent de Sassanian. Les légendes racontent que lors du voyage vers Khorasan, lorsque la famille Yazdgerd est arrivée dans les montagnes de l'Aghdâ, les poursuivants étaient très proches pour les attraper. En conséquence, les parents du roi se sont séparés en différents groupes et ont tenté de s'échapper dans différentes montagnes. La légende concluait que dans les dernières minutes du voyage, lorsque les voyageurs étaient sur le point d'être captivés, les filles ou les femmes innocentes priaient Dieu pour sa protection. En conséquence, Dieu les a aidés et ils ont disparu dans les fissures ou enterrés par les éboulements. Les vieux Zoroastriens expliquent qu'il y a de nombreuses années, près de Pir-e Banoo, un tissu coloré pétrifié était visible et ils croient qu'il faisait partie d'une robe de femme. Cependant, les roches conglomérées de la région de Pir-e Banoo sont pleines de pierres colorées, qui ressemblent à des vêtements colorés (assiette?).

La seconde théorie est similaire à la première mais, dans cette version, les rebelles internes sont remplacés par des envahisseurs étrangers. Selon cette théorie, lors des guerres entre l'armée sassanienne et les Arabes à la frontière occidentale de la Perse, certains groupes d'opposition ont provoqué des bouleversements. Le fils (ou l'un des parents) de Bahrâm Chubineh, un grand général du roi précédent (Khosro Parviz), a par exemple dirigé l'un de ces groupes d'opposition. Quelle que soit la raison du conflit, les rebelles ont tenté de couper la famille Yazdgerd lors de leur voyage vers Khorasan, ce qui risquait fort de piller la trésorerie du royaume qu'ils avaient emmenée. La suite de l'histoire est la même que la première: la disparition d'innocents (en particulier des filles et des femmes) à l'intérieur du terrain soudainement ouvert.

Le troisième récit, qui relate également l’origine de certains des édifices religieux musulmans (imamzadeh) en Iran, a trait au point de vue le plus économique. Selon cette théorie, ces lieux saints, ou leurs terres voisines, étaient les cachettes des trésors de Yazdgerd ou d'autres nobles sassaniens. Lors de leur évasion des envahisseurs arabes ou des rebelles internes, les chances de sauvetage étaient beaucoup moins grandes s'ils collaient à leurs lourds trésors. En revanche, si les conditions climatiques étaient plus sèches que l’heure actuelle, ce qui signifiait un accès moins facile à l’eau, il n’était pas nécessaire d’avoir les chasseurs derrière pour se débarrasser de la cargaison lourde et dangereuse. C'était probablement le cas s'ils avaient perdu leurs chevaux ou leurs mulets et devaient continuer le reste du voyage en marchant. En conséquence, selon cette théorie, ils ont enterré les trésors autant que possible avec un récit plus ou moins vague de leurs lieux d'inhumation. La sainteté de ces lieux a été créée par la suite, soit par la population locale, intéressée par la protection des trésors, soit par les survivants, le cas échéant.

La quatrième notion sur l'origine de ces lieux saints est liée à l'Anahita (dans Avesta: ardevi sura anahita). Anahita était la déesse ou Izad de l'eau, de la pluie, des rivières, de l'amour, de la maternité et de la naissance (Frahvashi, 1987). Bien que deux de ces lieux saints, Pir-e Sabz et Naraki, aient des cascades à l’heure actuelle, ces caractéristiques ont peut-être été plus actives au cours de la période plus humide des temps historiques (Mobed Rostam Shahzadi, communication personnelle, March 1989). En outre, les rivières et les sources ont été beaucoup plus actives dans ces endroits au cours de cette période, alors qu’aujourd’hui, il existe de petites quantités d’eau souterraine ou de petits cours d’eau intermittents. Les cascades et les sources situées à ces endroits avaient été considérées comme le lieu saint d'Anahita, probablement avant la période zoroastrienne, sous l'effet du mithraïsme. On peut supposer que l’eau dans de tels environnements arides était trop précieuse et louable pour le fait que la présence de sources, de chutes d’eau et de rivières était reliée à Izad Anahita en tant que source de ces caractéristiques précieuses.

Un indice pour cette idée est que la plupart de ces lieux saints sont initiés en relation avec les femmes plutôt que les hommes. Par exemple, Banoo dans Pir-e Banoo signifie dame ou femme douce. Pir-e Sabz est un autre exemple, apparenté à Hayat Banoo, une femme sainte dont le nom arabe est inversé. Il y a aussi une histoire similaire pour l'initiation de Pir-e Naraki à une dame sainte. Toutes ces relations ensemble, selon cette théorie, pourraient être créées par l'effet d'Izad Anahita, qui s'est ensuite converti en une histoire plus acceptable de filles Yazdgerd et plus tard, par nécessité, en l'histoire de ces saintes dames aux noms arabes.

La cinquième et dernière théorie est la "théorie des stations d'immigration". Je crois que ces lieux de pèlerinage importants et précieux constituaient en fait une chaîne de stations et les derniers lieux de départ vers l'Inde. Après 1100 AD (5ème siècle de khorshidi), l’immigration des Zoroastriens vers l’Est fut accélérée en raison de l’augmentation rapide de la durée de vie difficile et de la limitation de leurs activités. Zoroastriens dans toute la Perse, de l'Azerbaïdjan à Aran (Eran), en passant par Susiana (Khuzistan); et d’Alborz aux monts Zagros, ont fait l’objet de discriminations et de persécutions continues. En conséquence, une vague d'immigration s'est poursuivie avec le déplacement de plusieurs groupes de personnes vers l'est.

Les déserts de Yazd et Ardakan avaient deux caractéristiques remarquables; l'un était leur isolement des autres parties de l'Iran, et un autre était leur emplacement central dans la Perse. L'isolement était dû à la présence de vastes déserts et de kavirs autour de la région de Yazd-Ardakan et cette région (avec Nain) était géographiquement la partie centrale du plateau iranien. D'autre part, on peut supposer que pendant ces jours sombres et difficiles les caravanes zoroastriennes essayaient de ne pas attirer l'attention. En conséquence, il était raisonnable d’éviter de traverser des routes et des villes importantes. Les besoins vitaux des caravanes étaient l’eau et la nourriture, ces deux éléments étant relativement disponibles dans les régions montagneuses abandonnées d’Aghda, Ardakan et Yazd. La chèvre sauvage, le mouton sauvage et la perdrix étaient beaucoup plus abondants qu'aujourd'hui et l'approvisionnement en eau était probablement meilleur qu'aujourd'hui grâce à un climat plus humide.

Que ces lieux saints servent ou non de pèlerinage pendant ces jours, ils ont été utilisés comme stations lors du long voyage des Zoroastriens vers l'est. Des variétés d’accents zoroastriens dans les régions de Yazd, Ardakan et Taft pourraient témoigner de l’effet de cette immigration et de ce mélange. Il était fort possible que nombre de ces voyageurs se soient installés dans les régions d'Ardakan, Yazd, Aghda et Taft.

Ces lieux peuvent également avoir été utilisés comme abris temporaires lors de troubles locaux ou régionaux, lorsque les Zoroastriens étaient gravement sous pression. Par exemple, la période du sultan Hosain Safavi, le dernier roi de la dynastie Safavi, a été l’une des séquences les plus sombres de l’histoire des Zoroastriens. Au cours des derniers mois de la vie du sultan Hosain, les Zoroastriens ont été sérieusement attaqués et persécutés. Il existe des souvenirs oraux de ces jours avec des Zoroastriens qui se sont échappés vers les régions montagneuses d’Ispahan, Nain, Aghda, Ardakan et Yazd. En ces temps de souffrance, les montagnes locales disposant d’une source d’eau convenable intéressaient davantage les zoroastriens. Bien que ces jours sombres soient terminés, les Zoroastriens se rassemblent toujours dans ces lieux de "piroon", quelles que soient l'origine et la raison de leur genèse. À l’heure actuelle, ces pèlerinages ne sont pas seulement des lieux de prière, mais aussi de beaux lieux de divertissement et de bonheur.

Conclusion

On pense généralement que les pèlerinages de Yazd par les Zoroastriens sont originaires de la fin de la dynastie Sassanian et sont le lieu du martyre des filles Yazdgerd. Il y a aussi une autre notion qui considère ces lieux comme étant Anahita vénérant à l'origine.

Compte tenu des conditions géographiques, géologiques et historiques de la région de Yazd-Ardakan, les lieux saints pourraient servir de refuges temporaires pour les caravanes zoroastriennes se dirigeant vers l'Inde.

Ils méritaient d'être des lieux saints, que leur sainteté appartienne ou non à Anahita ou aux filles du roi Yazdgerd. Ils méritaient d'être des lieux de pèlerinage car ils témoignent d'une longue histoire de foi, de résistance, d'amour, d'espoir et de survie.

Référence:

Dr Daryoush Mehrshahi Journal FEZANA, États-Unis, Fall 1999, p.55-57.


Porte du sanctuaire intérieur, temple de Chak Chak

Martin Gray est un anthropologue culturel, écrivain et photographe spécialisé dans l'étude et la documentation de lieux de pèlerinage à travers le monde. Au cours d'une année 38, il a visité plus de sites sacrés 1500 dans les pays 165. le Guide de pèlerinage mondial Le site Web est la source d’information la plus complète sur ce sujet.

Informations complémentaires sur les sites sacrés zorastriens:

Pour plus d'informations: