Temples néolithiques de Malte

Temple néolithique de Gigantija, île de Gozo
Temple néolithique de Gigantija, île de Gozo (Élargir)

L'île de Malte méditerranéenne figure dans le registre historique de l'Europe en raison de son association avec les Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, qui ont fui l'île de Rhodes à Malte en 1530. Pourtant, cette petite île de 243 kilomètres carrés a une importance beaucoup plus grande dans la préhistoire européenne en raison de son extraordinaire collection de temples mégalithiques. Situé à 80, au sud de la Sicile et à 370, à l’est de la côte tunisienne, l’île de Malte apparaît avoir été colonisé pour la première fois au début du néolithique par une vague d'immigrants de l'île de Sicile. Ce apparence du règlement néolithique est cependant fortement contestée par de nouvelles recherches concernant une influence probable du Paléolithique, dont les détails sont présentés tout au long de cet essai. Avant d'examiner cette nouvelle recherche, examinons brièvement les théories orthodoxes, ou conventionnelles, concernant l'origine et la nature des établissements humains sur l'île de Malte.

Selon les suppositions des archéologues orthodoxes, les restes d'os, des fragments de poterie et des marques de feu indiquent que des êtres humains vivent à Malte depuis au moins 5200 av. Ces premiers habitants vivaient dans des grottes, mais ont ensuite construit des huttes et des villages. Environ 1600 ans après leur arrivée à Malte, ces personnes ont commencé à ériger de superbes temples mégalithiques. Les ruines qui restent sont les squelettes nus de structures jadis magnifiques, pour la plupart recouvertes de toit, pavées, meublées de portes et de rideaux et joliment décorées de sculptures et de peintures. Certains archéologues supposent que la période au cours de laquelle les premiers Maltais ont progressé de leurs premières fosses communes taillées dans la roche à leurs derniers complexes de temples gigantesques se situait entre 3800 et 2400 BC (supposons, car il n’existe absolument aucun matériau datable au carbone associé au grand temples). Vers 2300 BC, cette culture mégalithique extraordinaire a connu un déclin rapide. Une cause majeure semble avoir été la déforestation extrême et la perte de sol qui ont accompagné l'accroissement de la population et le défrichement concomitant de terres pour l'agriculture. La famine, la perturbation sociale provoquée par un sacerdoce oppressif et l’arrivée d’envahisseurs étrangers peuvent aussi avoir des causes. Suite au déclin de la culture des temples, Malte pourrait bien avoir été désertée jusqu'à l'arrivée des peuples de l'âge du bronze autour de 2000 BC.

Sur les îles de Malte et de Gozo, situées à proximité, des restes de temples 50 ont été découverts, 23 étant dans divers états de conservation. Aucun schéma particulier ne ressort de la distribution de ces temples, ce qui peut s’expliquer par la probabilité que de nombreux temples aient été détruits dans l’antiquité et que d’autres restent à découvrir. Il existe également de nombreux menhirs et dolmens dispersés sur les deux îles, mais leur relation spatiale avec les plus grands complexes de temples n'a pas été étudiée en détail.

Presque tous les temples maltais sont construits dans le même concept de base: un couloir central menant à travers deux chambres réniformes (ellipsoïdales) pour atteindre un petit autel au fond. L'enveloppe extérieure herculéenne des murs est constituée de gros blocs de pierre fixés orthogonalement ou latéralement. Les murs internes sont constitués soit de blocs coralliens rugueux empilés, soit de dalles bien coupées définies en orthostates. Tous les murs sont constitués de deux faces, l’espace séparant celui-ci de terre ou de gravats. Les portes et les passages utilisent tous le principe du trilithon: deux orthostates parallèles l'un à l'autre pour soutenir un linteau horizontal. Les portes consistent souvent en un «hublot», dans lequel l'accès se fait par un trou rectangulaire au centre d'une dalle. Les temples étaient probablement recouverts de poutres, de broussailles et d'argile (les murs n'auraient pas supporté le poids des toits en pierre, les dalles de plus de deux mètres de long se seraient fissurées à cause de leur propre poids et aucun reste de toits en pierre a trouvé).

Deux types de calcaire ont été utilisés dans la construction des temples; le calcaire corallien dur et gris et le calcaire tendre et globigerina pâle. Ces deux pierres ont été déposées à la période géologique du Miocène. Les outils de construction disponibles à l'époque étaient des haches à main en silex et quartzite, des couteaux et des grattoirs en obsidienne volcanique, des cales en bois et en pierre, des marteaux en pierre et des leviers en bois. Aucun outil en métal d'aucune sorte n'a été trouvé dans les temples. Malte ne dispose pas de ressources minérales et le silex et l'obsidienne trouvés à Malte et à Gozo ont probablement été importés des îles de Lipari (nord de la Sicile) et de Pantelleria (sud-ouest de la Sicile). Une fois les gros blocs de pierre extraits, ils ont été transportés avec des galets et des leviers vers les sites du temple. Sur les sites de construction, les rouleaux ont été échangés contre des balles de pierre afin que les gros blocs de pierre puissent être déplacés dans n'importe quelle direction, au lieu du mouvement d'avant en arrière possible avec des rouleaux.

Les premiers intérieurs ont été enduits et peints à l'ocre rouge. Les intérieurs plus récents ont été décorés avec des spirales finement sculptées sur des marches et des autels, des frises d'animaux de ferme, des poissons et des serpents, ainsi qu'un simple motif de pois en relief. Les prises murales pour les barrières ou les rideaux en bois et les niches pour les activités rituelles sont encore évidentes. Une partie de la décoration en relief est d'un travail si délicat qu'il est difficile de comprendre comment elle aurait pu être réalisée avec des outils en pierre uniquement. Les artefacts et les meubles (maintenant retirés des temples et placés dans des musées) indiquent le culte des ancêtres, des cultes de déesse de l'oracular et de la fertilité. Les temples ne semblent avoir été utilisés que pour des activités rituelles et non comme cimetières, car aucune sépulture n'a été trouvée. Les couteaux sacrificiels en silex sont parmi les artefacts découverts dans les temples, mais aucun os humain, ce qui indique que les sacrifices étaient uniquement d'animaux et non d'humains.

Temple néolithique de Hagar Qim, île de Malte
Temple néolithique de Hagar Qim, île de Malte (Élargir)

Les ruines massives de Hagar Qim (prononcé "agar-eem") et de Mnajdra (prononcé "eem-na-eed-rah") se dressent sur un plateau rocheux sur la côte sud-ouest de Malte, donnant sur la mer et faisant face à l'îlot inhabité de Filfla , 4.8 kilomètres. Ce plateau est composé de deux types de calcaire; la pierre inférieure, plus dure (calcaire gris corallien) à partir de laquelle Mnajdra est construit, et la pierre supérieure plus tendre (calcaire pâle globigerina) à partir de laquelle Hagar Qim est construit.

Le nom Hagar Qim signifie «pierres dressées» et, avant les fouilles de ces ruines, on ne voyait qu'un monticule de terre d'où ne sortaient que le sommet des plus hautes pierres. Hagar Qim, éventuellement construit en plusieurs phases entre 3500 BC et 2900 BC, est construit avec certaines des plus grosses pierres de tous les temples de Malte; une pierre massive mesure 7 par mètre 3 (22 par 10) et pèse environ 20. Les murs en calcaire globigerina du temple se sont détériorés au fil des millénaires et plus tard, les constructeurs de temples ont utilisé le calcaire corallien plus dur tel que celui que l'on trouve au complexe Mnajdra, tout en bas de la colline. Les ruines ont d'abord été explorées à l'époque contemporaine dans 1839. D'autres fouilles effectuées dans 1885 et 1910 ont permis de réaliser des études détaillées du site et de réparer certaines des structures endommagées.

Le complexe de temples de Mnajdra est situé à environ 500 mètres à l'ouest de Hagar Qim, plus près du bord du promontoire faisant face à la mer. Mnajdra consiste en deux bâtiments, un temple principal avec deux chambres ellipsoïdales et un temple plus petit avec une chambre. Parmi leurs autres utilisations possibles, les temples de Mnajdra remplissaient des fonctions d'observation astronomique et de calendrier. L'entrée principale fait face à l'est et, pendant les équinoxes de printemps et d'automne, les premiers rayons de lumière tombent sur une dalle de pierre située sur la paroi arrière de la deuxième chambre. Pendant les solstices d’hiver et d’été, les premiers rayons du soleil éclairent les angles de deux piliers en pierre du passage reliant les chambres principales. Écrivant dans son livre fascinant, Underworld: Les mystérieuses origines de la civilisationGraham Hancock donne des informations plus précises sur ces alignements,

  • Alors que le soleil pointe à l'horizon sur les équinoxes de printemps et d'automne, 21 March et 21 September (lorsque le jour et la nuit sont de longueur égale), ses rayons bissectent exactement l'énorme entrée de Trilithon du temple inférieur de Mnajdra, projetant un point de lumière dans un petit sanctuaire. dans les recoins les plus profonds du complexe mégalithique.
  • Au solstice d’hiver (20 / 21 de décembre, le jour le plus court), une «image de fente» très distinctive ressemble à la silhouette illuminée d’un poleax ou d’un drapeau flottant sur un poteau. Elle est projetée par les rayons du soleil sur un grand Une dalle de pierre, pesant approximativement 2.5 tonnes, se tient à l'arrière du mur ouest de l'abside nord du Lower Temple.
  • Au solstice d'été (20 / 21 de juin, le jour le plus long), la même image distincte en fente apparaît - mais à présent avec le "drapeau" orienté dans la direction opposée - sur une seconde grande dalle de pierre pesant cette fois 1.6 l'arrière du mur ouest de l'abside sud du temple inférieur.

Semblable au temple Mnajdra, Hagar Qim a également été montré pour avoir des alignements solsticial. En ce qui concerne Hagar Qim, Hancock note que,

Hagar Qim propose plusieurs alignements du solstice d'été. L'une, à l'aube, se trouve du côté nord-est de la structure, où les rayons du soleil, passant à travers le trou dit oracle, projettent l'image d'un disque, à peu près de la même taille que le disque de la lune, sur à une dalle de pierre sur la porte de l'abside à l'intérieur. Au fur et à mesure que les minutes s'écoulent, le disque devient un croissant, puis s'allonge en une ellipse, s'allonge encore plus loin et finit par disparaître à l'abri des regards, comme si il était dans le sol. Un deuxième alignement a lieu au coucher du soleil, du côté nord-ouest du temple, lorsque le soleil tombe dans une entaille en forme de V située sur une crête lointaine alignée avec une vision vers l’avant du périmètre du temple.

Jusqu'ici, peu de recherches sérieuses ont été menées sur les alignements célestes des temples maltais. Des études ultérieures sont susceptibles de révéler une foule d'autres orientations astronomiques. Cependant, un fait étonnant qui ressort des études effectuées jusqu’à présent concerne une datation astronomique / mathématique des temples datant de plusieurs milliers d’années de celle de l’archéologie orthodoxe. Hancock écrit que

Il est bien connu que les points de montée du soleil aux solstices ne sont pas fixes mais varient avec l'angle de l'angle de la Terre qui augmente lentement puis diminue, par rapport au plan de son orbite autour du soleil. Ces modifications de ce que l’on appelle techniquement «l’obliquité de l’écliptique» (actuellement de l’ordre de 23 degrés 27 minutes) se déroulent sur un grand cycle de plus de 40,000 années et si les alignements sont suffisamment anciens, ils comporteront un degré d’erreur, causée par le changement d'obliquité. À partir de l'erreur, il est possible de calculer la date exacte de leur construction.

Dans le cas de Mnajdra, l'alignement est bon aujourd'hui, mais pas tout à fait parfait, car les rayons qui forment l'image en fente sont projetés à deux centimètres du bord de la grande dalle à l'arrière de la tempe. Cependant, les calculs de Paul Micallef montrent que, lorsque l'obliquité de l'écliptique se situait à 24 degrés 9 minutes et 4 secondes, l'alignement aurait été parfait, l'image de fente se formant exactement dans l'alignement du bord de la dalle. Cet alignement "parfait" a eu lieu deux fois au cours des dernières années 15,000: une fois dans 3700 BC et une fois plus tôt, dans 10,205 BC.

Temple néolithique de Mnajdra, île de Malte
Temple néolithique de Mnajdra, île de Malte (Élargir)

En plus de leurs alignements célestes, les temples maltais révèlent également des preuves surprenantes de sophistication mathématique et technique. Un chercheur, Gerald Formosa (Monuments mégalithiques de Malte), a découvert de nombreux exemples de ce qu'on appelle le chantier mégalithique des pieds 2.72. Cette constante mathématique, trouvée sur des sites mégalithiques à travers le monde européen antique, a été portée à la connaissance des scientifiques par le biais des études du professeur Oxford Thom. Dans Hagar Qim et Mnajdra, des exemples de la cour mégalithique se trouvent dans les mesures des pierres portales et dans les triangles gravés sur les planchers des temples.

Ces découvertes astronomiques, mathématiques et techniques sont la plupart du temps ignorées des archéologues orthodoxes, car on suppose généralement que l'architecture des temples maltais s'est développée avant et indépendamment de toute influence extérieure. DH Trump, un «expert» reconnu de Malte (Malte: guide archéologique), commente: "Que rien ne ressemble de loin à l'un de ces temples en dehors des îles maltaises, nous ne pouvons donc pas utiliser" l'influence étrangère "pour les expliquer. L'absence presque complète de poterie importée renforce encore l'argumentation". Mais comment expliquer alors la présence énigmatique du chantier mégalithique? Cet artefact incontestable de la plus haute antiquité suggère que les temples de Malte, plutôt que d'être des ruines isolées, pourraient en fait faire partie d'une géographie sacrée pan-régionale (ou globale).

Un autre mystère concerne les statues de personnages en surpoids trouvés dans de nombreux temples maltais. Leurs jupes plissées, leurs cuisses généreuses, leurs petites mains et leurs pieds les ont amenés à être appelés divinités déesses de la fertilité. Mais ils sont de sexe indéterminé, et en outre, il a été remarqué que les "dames" n'ont pas de seins. En conséquence, les archéologues ont maintenant révisé leurs noms en utilisant le terme plus précis de "chiffres obèses". DHTrump commente qu '"il faut admettre d'emblée que décrire (ces statues obèses), comme on le fait habituellement, comme une déesse ou une" grosse dame "peut n'être qu'un préjugé masculin. Le sexe n'est pas explicitement indiqué. Corpulence chez les femmes est souvent, à tort, considérée comme un signe de fécondité. Si nous l'appelons désormais déesse, c'est une question de probabilité et de commodité plutôt que de preuve. " De plus, des statuettes d'hommes en jupes, aux cheveux tressés et à queue de cochon, et de nombreux exemples de phallus sculptés démontrent que les temples maltais avaient une fonction générale de fertilité comprenant des éléments à la fois masculins et féminins. Néanmoins, il est vrai que certaines figurines trouvées à Malte, telles que la Dame endormie et la Vénus de Malte, montrent que le peuple néolithique de l'île avait peut-être une sorte de culte spécifique de la déesse.

Tarxien, l'hypogée, Tas Silg à Malte et Gigantija sur l'île voisine de Gozo sont d'autres complexes de temples importants. Le site Tarxien (prononcé "tar-sheen"), découvert par un agriculteur à 1915, est composé de trois temples, dont l'un contient une célèbre statue représentant le bas du corps d'un personnage debout. Parfois interprétée comme une statue de déesse par des écrivaines féministes (il n’ya vraiment aucun moyen de le savoir car le genre est indéterminé), il s’agit de l’une des plus anciennes représentations connues et des plus puissantes d’une divinité (la statue du temple est une réplique, l’original se trouvant dans un musée de la capitale voisine, La Valette.)

Temple néolithique de Mnajdra, île de Malte
Temple néolithique de Mnajdra, île de Malte (Élargir)

Un autre temple important, l’Hypogée de Hal Saflieni, se démarque de la norme des temples maltais. Situé à proximité du complexe du temple Tarxien dans la banlieue moderne de Paola, il a été découvert par hasard dans 1902 lors du creusement d'un puits. L'Hypogeum est un labyrinthe souterrain de plusieurs étages (25 x 35 mètres) composé de chambres, de couloirs, de couloirs et d'escaliers qui, au fil des siècles, ont été étendus de plus en plus profonds dans le calcaire tendre. Construit (selon la chronologie orthodoxe) entre 4000 et 5000 il y a quelques années, l'Hypogeum était à la fois un sanctuaire et un cimetière, et les ossements de certains humains 7000 ont été retrouvés. La chambre la plus impressionnante, communément appelée "le saint des saints", possède des piliers et des linteaux remarquables du point de vue de l'architecture. Avec ses murs recouverts de peinture rouge, il a été suggéré que la chambre était utilisée pour des sacrifices d'animaux. Une autre salle, dite salle Oracular, comporte une niche carrée taillée dans le mur qui a peut-être été utilisée pour que la voix d'un prêtre puisse résonner autour du temple. Une qualité mystérieuse de cette pièce particulière est que la voix d'un homme se répercutera puissamment autour de la chambre tandis que la voix d'une femme sera presque absorbée par les vieilles pierres. L’hypogée a été fermé pour la plupart des 1990 pour réparation et restauration, mais sa réouverture est prévue peu après le début du nouveau millénaire.

Le temple récemment rénové, appelé Tas Silg, est unique à Malte en ce qu'il montre la preuve d'une utilisation religieuse continue au cours de milliers d'années et de diverses cultures. Construit à l'origine comme un temple de la déesse pendant la phase mégalithique, il a été utilisé par les peuples de l'âge du bronze du premier millénaire avant JC, incorporé ensuite dans un sanctuaire d'Astarté (la déesse de la fertilité, de la beauté et de l'amour) créé par les Phéniciens au 8ème siècle avant notre ère. , maintenu et amélioré par les Carthaginois, utilisé par les indigènes néo-puniques comme un sanctuaire d'Astart-Tanit, adopté par les Romains comme un temple de la déesse Junon, repris par les chrétiens au 4e siècle ap. site d'une mosquée arabe au 9e siècle.

Le plus grand et le mieux préservé de tous les temples maltais se trouve sur la petite île de Gozo (trajet en ferry 20 d'une minute à partir de Malte). Construit (selon les hypothèses de l'archéologie conventionnelle) entre 3600 et 3000 BC, le temple de Gigantija couvre une superficie de 1000 et son impressionnant mur arrière s'élève encore de 6 et contient des mégalithes pesant à 40-50. Selon la légende locale, les énormes blocs de Gigantija (le mot signifie gigantesque) auraient été sculptés au sud de Gozo par une femme géante.

Comme mentionné ci-dessus, l'opinion archéologique orthodoxe affirme que les îles de l'archipel maltais sont restées inhabitées jusqu'à environ 5200 AVANT J.-C., lorsque des immigrants néolithiques de l'île voisine de Sicile les ont installés pour la première fois. Pour diverses raisons, ce scénario de règlement-daté est maintenant hautement suspect. Les recherches menées par plusieurs scientifiques et synthétisées, interprétées et rapportées par Graham Hancock, érudit des civilisations anciennes, ont montré de manière concluante une présence humaine à Malte plusieurs milliers d'années avant le début du Néolithique. Des personnes sont venues de Sicile pendant le néolithique, mais bien avant cela, un autre groupe de personnes s'est également rendu à Malte et y a vécu.

Au cours du processus de collecte des recherches pour son livre, Underworld: Les mystérieuses origines de la civilisation, Hancock a été attiré à plusieurs reprises par l’étude de la Malte préhistorique et, en particulier, par certaines questions allant à l’encontre de l’évaluation archéologique classique des îles. Parmi celles-ci, citons principalement le fait que Malte était tout simplement trop petite pour avoir développé et entretenu la civilisation nécessaire qui a donné naissance aux techniques de construction extrêmement sophistiquées trouvées dans les temples de Mnajdra, Hagar Qim, Gigantija et l'Hypogeum. En d'autres termes, comment pouvons-nous expliquer la présence de vingt-trois temples mégalithiques sans antécédents architecturaux et sans aucune preuve de la grande quantité d'architecture domestique locale qui aurait abrité les personnes qui ont construit et utilisé les temples? En discutant de cela, écrit Hancock,

Comment pouvons-nous expliquer le fait que les plus anciens monuments en pierre indépendants du monde, qui, en raison de leur taille et de leur sophistication, se déclarent sans équivoque comme ayant été construits par un peuple déjà accumulé une longue expérience dans la science de la construction mégalithique, apparaissent sur la scène archéologique sur un groupe de très petites îles - l'archipel maltais - qui n'avaient même pas été habitées par des êtres humains avant 1600 il y a quelques années? N'est-ce pas contre-intuitif? Ne pourrait-on pas s'attendre à ce qu'une "histoire de civilisation" apparaisse dans les archives archéologiques maltaises, qui documentent des techniques de construction de plus en plus sophistiquées - et on ne s'attendrait pas non plus à un vaste "territoire de civilisation" capable de supporter une population de taille raisonnable (plutôt que petites îles stériles) pour entourer et nourrir le plus grand saut architectural de l’Antiquité?

Cette notion d'un «territoire de civilisation» plus étendu, contribuant au développement de la Malte préhistorique, était considérée comme impossible jusqu'à il y a quelques années. Deux disciplines scientifiques en dehors des limites de l'archéologie orthodoxe ont récemment présenté des preuves pour contredire cette notion. Des paléoanthropologues fouillant dans les grottes de Ghar Hasan et de Ghar Dalam à Malte ont trouvé des preuves de l'existence d'hommes de Néandertal avec des restes squelettiques d'animaux (cerf, ours, loup et renard européens) dont l'extinction avait été signalée bien avant la fin de l'ère paléolithique. Même si le Néandertalien aurait pu faire le voyage maritime de l’Europe continentale à Malte au début du Paléolithique (bien qu’il n’y ait absolument aucune preuve de telles migrations dans les archives du Néandertalien), les animaux n’auraient pas pu faire un tel voyage en mer. dû avoir en quelque sorte marché à la région de Malte. Mais Malte n’est-elle pas une île située à distance au milieu d’une vaste mer?

Malte n'a pas toujours été une île et c'est ce que nous apprennent les océanographes et la nouvelle science de la cartographie des inondations. Il y a environ 17,000 il y a quelques années, à l'époque du dernier maximum glaciaire, lorsque le niveau des océans de la planète était inférieur de plus de 120 à son niveau actuel, les îles de l'archipel maltais constituaient le sommet d'une montagne reliée par un pont terrestre. en Sicile (90 kilomètres au nord), qui a été elle-même reliée à l'extrémité sud de ce qui est aujourd'hui le continent italien. Par conséquent, jusqu'à il y a quelques années 16,400, les humains paléolithiques et les animaux qu'ils chassaient auraient simplement pu se rendre d'Europe à Malte. Ces personnes auraient vécu, chassé (et peut-être cultivé) principalement dans les basses terres et (comme tant d'autres cultures de l'Antiquité) auraient construit certains de leurs temples sur les sommets de montagnes sacrées. Compte tenu des milliers d'années de connexion terrestre de Malte à l'Europe continentale et de la probabilité d'échange d'informations provenant d'autres régions culturelles de l'Europe préhistorique, il est tout à fait possible que l'extraordinaire style architectural des temples maltais ait pu être développé.

Ensuite, les calottes glaciaires ont commencé à fondre et le niveau des océans s'est lentement élevé, inondant inlassablement les zones côtières et les ponts terrestres entre les régions de haute altitude. Il y a quelques années, le pont terrestre menant à la Sicile avait disparu sous la mer et, il y a quelques années, les eaux s'étaient tellement élevées que seuls les sommets de Malte étaient au-dessus des mers, formant ainsi les îles que nous avons aujourd'hui, Malte, Gozo et Comino. . Au cours de cette inondation, les centres sociaux des basses terres auraient disparu sous les eaux et les habitants se seraient retirés à la plus haute altitude des sommets maltais ou auraient migré vers le nord en Italie et vers le continent européen. L'archipel maltais serait désormais complètement isolé des influences culturelles européennes et présenterait donc des caractéristiques de développement uniques, ce qui est exactement le cas des archives archéologiques. Comme le dit Hancock, "Cet isolement paléolithique plutôt que l'invasion néolithique (de 14,600 BC en Sicile) était la véritable genèse du caractère distinctif et des réalisations de la civilisation maltaise.

Peut-être aussi les grands temples de Malte n'ont-ils pas été construits à l'époque néolithique, mais sont en réalité des artefacts d'une civilisation paléolithique beaucoup plus ancienne (souvenez-vous qu'il n'y a pas de datation au carbone ou autre archéologique pour corroborer l'hypothèse orthodoxe d'une origine néolithique). les temples maltais). Peut-être les élégants alignements astronomiques des temples et la présence de mathématiques avancées dans leur construction indiquent-ils que l'île de Malte faisait autrefois partie d'une géographie sacrée pan-régionale (ou globale), elle-même formulée par une civilisation perdue de hautes connaissances scientifiques et spirituelles réussite. Pour déterminer les réponses à ces questions, il sera nécessaire de mener des fouilles archéologiques beaucoup plus approfondies à Malte et, ce qui est tout aussi important, dans les nombreux sites archéologiques sous-marins connus pour exister dans les eaux entourant les îles. Quelle que soit leur genèse ultime, les temples maltais sont des lieux de pouvoir incontournables pour tous les passionnés de pèlerins et de mystères terrestres.

La basilique romane de Ta 'Pinu sur l'île de Gozo est également importante en tant que lieu de pèlerinage, bien qu'elle soit d'origine plus récente que les grands temples mégalithiques. Des légendes rapportent que, dans 1883, une femme du coin nommée Carmel Grima, passant devant une petite chapelle du 16e siècle, a entendu une voix lui disant de prier. Un ami, Francesco Portelli, a affirmé qu'il avait également entendu la voix. Ils ont prié ensemble pour la mère malade de Francesco et celle-ci a rapidement connu un rétablissement miraculeux. Des guérisons plus miraculeuses ont ensuite été signalées et, à partir des offrandes d'action de grâces, le sanctuaire actuel a été construit dans les 1920. Ce sanctuaire comprend l'ancienne chapelle, dont le gardien d'origine, Pinu Gauci, a donné son nom au site. En plus d'être visité pour ses qualités curatives, le sanctuaire Ta 'Pinu est sacré pour les marins. À l'intérieur du sanctuaire se trouve un couloir rempli de peintures de marins naufragés sauvés par la Vierge Marie.

Basilique de Ta'Pinu, île de Gozo
Basilique de Ta'Pinu, île de Gozo (Élargir
Martin Gray est un anthropologue culturel, écrivain et photographe spécialisé dans l'étude et la documentation de lieux de pèlerinage à travers le monde. Au cours d'une année 38, il a visité plus de sites sacrés 1500 dans les pays 165. le Guide de pèlerinage mondial Le site Web est la source d’information la plus complète sur ce sujet.

Pour plus d'informations: