Mt. Kailash

Mt. Kailash
Mt. Kailash, Tibet (Élargir)

Une grande masse de roche noire s'élevant au-dessus de pieds 22,000, le mont. Kailash a la particularité d'être le lieu saint le plus vénéré au monde et le moins visité. Kailash, site suprêmement sacré de quatre religions et de milliards de personnes, n'est vu que par quelques milliers de pèlerins chaque année. Ce fait curieux s'explique par l'emplacement éloigné de la montagne dans l'extrême ouest du Tibet. Aucun avion, train ou autobus ne dessert la région et, même avec des véhicules terrestres robustes, le trajet nécessite encore des semaines de voyages difficiles, souvent dangereux. Le temps, toujours froid, peut être imprévisible et les pèlerins doivent avoir avec eux tout le matériel dont ils auront besoin pour tout le voyage.

Depuis combien de temps les gens viennent-ils sur cette montagne sacrée? Les réponses se perdent dans l'Antiquité, avant l'aube de l'hindouisme, du jaïnisme ou du bouddhisme. Les cosmologies et mythes d’origine de chacune de ces religions parlent de Kailash comme du mont mythique. Meru, l'Axis Mundi, le centre et le lieu de naissance du monde entier. La montagne était déjà légendaire avant l’écriture des grandes épopées hindoues, le Ramayana et le Mahabharata. En effet, Kailash est si profondément ancré dans les mythes de l’Asie ancienne qu’il s’agissait peut-être d’un lieu sacré d’une autre époque, d’une autre civilisation, révolue depuis longtemps et oubliée.

Les Hindous croient que le Mt. Kailash est la demeure du Seigneur Shiva. Comme beaucoup de dieux hindous, Shiva est un personnage aux contradictions apparentes. Il est à la fois le Seigneur du yoga et donc l’ascète ultime qui renonce, mais il est également le maître divin du Tantra, la science ésotérique qui considère l’union sexuelle comme le chemin le plus parfait vers l’illumination spirituelle. Selon la légende, l'immortel Shiva vit au sommet de Kailash où il passe son temps à pratiquer les austérités yogiques, à faire l'amour joyeux avec son épouse divine, Parvati, et à fumer le ganja, l'herbe sacrée connue à l'ouest sous le nom de marijuana. Les Hindous n'interprètent pas les comportements de Shiva comme contradictoires. cependant, mais voyons plutôt en lui une divinité qui a sagement intégré les extrêmes de la nature humaine et a ainsi transcendé l'attachement à une manière d'être particulière et limitée. Pour un hindou, faire le difficile pèlerinage à Kailash et avoir le darshan (vue divine) de la demeure de Shiva revient à se libérer des griffes de l'ignorance et des illusions.

Kailash est également sacré pour les autres religions. Les Jains appellent la montagne Astapada et croient que c'est le lieu où Rishaba, le premier des vingt-quatre Tirthankaras, a atteint la libération. Les adeptes de Bon, la religion chamaniste prébouddhiste du Tibet, appellent la montagne Tise et croient qu'il est le siège de la déesse du ciel Sipaimen. De plus, les mythes de Bon considèrent Tise comme le spectacle d'une bataille de sorcellerie légendaire du 12e siècle entre le sage bouddhiste Milarepa et le chaman Bon Naro Bon-Chung. La défaite du chaman par Milarepa a déplacé Bon en tant que religion principale du Tibet, établissant fermement le bouddhisme à sa place. Alors que l'on pense que le Bouddha a visité Kailash comme par magie au 5ème siècle avant notre ère, la religion du bouddhisme n'est entrée au Tibet que par le Népal et l'Inde au 7ème siècle. Les bouddhistes tibétains appellent la montagne Kang Rimpoche «précieuse neige glacée» et la considèrent comme la demeure de Demchog (également connu sous le nom de Chakrasamvara) et de son épouse, Dorje Phagmo. Trois collines s'élevant près de Kang Rimpoche seraient les maisons des Bodhisatvas Manjushri, Vajrapani et Avalokiteshvara.

Les pèlerins de Kailash, après le difficile trajet qui s’y rend, sont ensuite confrontés à la tâche tout aussi ardue de faire le tour du sommet sacré. Cette marche autour de la montagne (dans le sens des aiguilles d'une montre pour les bouddhistes, dans le sens contraire pour les adhérents du Bon) est connue sous le nom de Kora, ou Parikrama, et dure normalement trois jours. Cependant, dans l’espoir d’obtenir plus de mérite ou de pouvoirs psychiques, certains pèlerins varieront le tempo de leurs mouvements. Quelques personnes, pratiquant une technique de respiration secrète connue sous le nom de Lung-gom, se propulseront autour de la montagne en une seule journée. D'autres prendront deux à trois semaines pour la Kora en faisant des prosternations complètes du corps tout au long. On pense qu'un pèlerin qui accomplit des voyages 108 autour de la montagne est assuré de l'illumination. La plupart des pèlerins de Kailash feront également un petit plongeon dans le lac Manosaravar, très sacré (et très froid), situé à proximité. Le mot 'manas' signifie esprit ou conscience; le nom Manosaravar signifie lac de conscience et d'illumination. Rakas Tal ou Rakshas, ​​le lac des démons, est adjacent à Manosaravar. Le pèlerinage sur cette grande montagne sacrée et ces deux lacs magiques est une expérience qui change la vie et permet de voir certains des paysages les plus magiques de la planète.

Notes complémentaires sur le pèlerinage tibétain:

Pour les Tibétains, le pèlerinage fait référence au voyage de l'ignorance à l'illumination, de l'égocentrisme et des préoccupations matérialistes à un sens profond de la relativité et de l'interdépendance de toute vie. Le mot tibétain pour le pèlerinage, Neykhor, signifie «faire le tour d’un lieu sacré», car le but du pèlerinage est moins d’atteindre une destination particulière que de transcender, par des voyages inspirés, les attachements et les habitudes d’inattention qui limitent la prise de conscience d’une réalité plus large ........ En se rendant sur des sites sacrés, les Tibétains sont amenés à vivre au contact des icônes et des énergies du bouddhisme tantrique. le neys, ou les sites sacrés eux-mêmes, par leurs caractéristiques géologiques et les récits de transformation qui leur sont attachés, rappellent continuellement aux pèlerins le pouvoir de libération de la tradition bouddhiste tantrique ....... Au fil du temps, des guides de pèlerinage ont été écrits, donnant des instructions aux pèlerins en visite les lieux saints et les récits de leur histoire et de leur signification. Ces guides, Neyigs, a donné au Tibet et à son peuple une géographie sacrée, une vision narrative du monde ordonné et transformé par la magie et la métaphysique bouddhistes.

Kelly, Thomas et Carroll Dunham et Ian Baker; Tibet: réflexions de la roue de la vie; Abbeville Press; New York; 1993


Shiva en train de méditer.

Visions sacrées: les premières peintures du Tibet central
http://www.metmuseum.org/research/metpublications/Sacred_Visions...



Mt. Kailash

asie tibet kailash