Touba

La mosquée de Touba, Sénégal
Grande mosquée de Touba, Sénégal (Élargir)

La Grande Mosquée de Touba s'élève dans les plaines poussiéreuses de l'ouest du Sénégal (170 kilomètres à l'est de la capitale Dakar). Construite à 1926 pour abriter la tombe du saint sénégalais Cheikh Ahmadou Bamba, cette immense mosquée est le lieu de pèlerinage islamique le plus visité d'Afrique de l'Ouest.

L'islam existe au Sénégal depuis plus de mille ans. Les premiers groupes ethniques à accepter la religion de Mahomet furent les royaumes Tukulóor au 11ème siècle. Au début du 20ème siècle, la plus grande partie du Sénégal était entièrement islamisée. Cependant, le style de l'islam pratiqué au Sénégal est très différent de celui de la plupart des autres pays islamiques. L’Islam du Sénégal est semblable à la tradition soufie mystique, caractérisée par sa révérence envers les êtres spirituels (vivants ou morts) censés incarner des quantités extraordinaires de barakaou la grâce divine. Au Sénégal, la pratique islamique prend la forme d’une adhésion à des confréries religieuses dédiées à la marabouts (les fondateurs ou les leaders spirituels actuels) de ces fraternités. Les trois principales sectes au Sénégal sont:

  • La confrérie Xaadir (Qadriyya), fondée en Mauritanie, est la plus petite et la plus ancienne des fraternités du Sénégal.
  • La fraternité Tijaan (Tijaniyya), fondée en Algérie et pratiquée dans toute l'Afrique de l'Ouest.
  • La confrérie des Mourides, fondée au Sénégal par le saint sénégalais Amadou Bamba.

Les membres de ces confréries font vœu d'obéissance à leurs marabouts. Les marabouts sont considérés comme des intendants et des héritiers de la baraka, ou la grâce divine du fondateur de leur fraternité. Grâce à la force de leur baraka personnelle, on pense que les marabouts ont le pouvoir de guérir les maladies et d'accorder le salut spirituel à leurs fidèles. La plupart des marabouts héritent de leur position et de leurs disciples de leurs pères. Les marabouts de toutes les confréries sont censés enseigner et conseiller leurs disciples, mais les marabouts de la confrérie mouride consacrent généralement moins de temps à l’étude et à l’enseignement qu’à consacrer à l’organisation du travail de leurs disciples et à la fabrication d’amulettes pour leurs disciples (appelées amulettes). grigri, sont de petits paquets de cuir contenant des citations du Coran et censés protéger les disciples du mal, des maladies et du mal).

Rénovation du minaret, grande mosquée de Touba
Rénovation du minaret, grande mosquée de Touba (Élargir)

Cheikh Ahmadou Bamba (alias Ahmed Ben Mohammed Abib Allah ou Khadimou Rassoul) a commencé la fraternité mouride. Bamba est né dans le village de Mbacké-Baol et a vécu de 1850 à 1927. Fils de marabout de la confrérie Xaadir, Bamba était un mystique et un ascète plus intéressé par la méditation et l'étude coranique que par la construction d'un empire théocratique. Il était également pacifiste et ne faisait pas la guerre aux païens comme beaucoup de marabouts tijaans. Dans les premières années de sa carrière religieuse, Amadou Bamba avait simplement exercé des fonctions maraboutiques classiques telles qu'enseigner le Coran et préparer des amulettes pour ses fidèles.

Bamba ne se considérait pas comme un prophète, mais plutôt comme un messager de Dieu (l'un des principes fondamentaux de l'islam est qu'il ne peut y avoir d'autre prophète après Mahomet, mais les membres des confréries sénégalaises citent un passage du Coran qui stipule que Dieu envoyer des messagers toutes les années 100.Les membres de ces confréries croient que les fondateurs des confréries faisaient partie de ces messagers). En raison de son charisme extraordinaire et de sa sagesse, Bamba a constaté que nombre de ses disciples venaient à lui pour prendre part à sa baraka et le servir plutôt que d'apprendre le Coran. Bien qu'Amadou Bamba n'ait jamais fait de prosélytisme au niveau national, sa renommée a rapidement augmenté grâce aux efforts de ses partisans, et les gens se sont précipités vers lui pour recevoir le salut qu'il promettait à ses disciples. Ses enseignements étaient axés sur le fait que le salut était obtenu par la soumission au marabout et le travail ardu.

Le gouvernement colonial français craignait qu'Amadou Bamba ne prenne trop de pouvoir et soit en mesure de mener une guerre contre eux. Bien qu'il n'ait apparemment jamais manifesté un tel désir, il avait converti divers rois de la région et leurs partisans et aurait pu former une grande armée s'il l'avait souhaité. Sans engager de poursuites judiciaires contre Bamba, le gouvernement colonial le condamna à l'exil au Gabon (1895 à 1902), puis en Mauritanie (1903 à 1907). L'effet de ces exilés, cependant, était tout à fait opposé à ce que les Français attendaient: les légendes sur la survie miraculeuse de Bamba sous la torture, les privations et les tentatives d'exécutions se propagèrent à travers le Sénégal pendant son absence et des milliers d'autres disciples affluèrent dans sa communauté.

À ce jour, les Mourides racontent les légendes de l'exil de Bamba avec enthousiasme et conviction. Par exemple, alors qu'ils étaient à bord du Gabon, les Français ont interdit à Bamba de prier. Comme prier était une loi divine qu'il ne pouvait pas enfreindre, Bamba se dégagea des fers, sauta par-dessus bord et pria sur un tapis de prière qu'il matérialisa sur l'eau. Lorsqu'il a relevé la tête après ses prosternations, les autorités françaises ont été étonnées de voir du sable sur son front. D'autres légendes racontent que lorsque les Français le mirent dans une fournaise, il s'y assit simplement et buvait du thé avec Mohammed. Quand ils l'ont mis dans une tanière de lions affamés, les lions se sont endormis à côté de lui.

Pèlerins au mausolée de Cheikh Amadou Bamba, mosquée Touba
Pèlerins au mausolée de Cheikh Amadou Bamba, mosquée Touba (Élargir)

Après son retour au Sénégal après son deuxième exil, son statut de disciple a continué de se développer de manière phénoménale. Dans 1910, les Français ont finalement compris que Bamba ne préparait pas la guerre contre eux et que leurs relations avec lui s’étaient améliorées de façon spectaculaire. En réalité, les Français ont commencé à considérer Bamba comme un atout plutôt que comme une menace, car ils pourraient l’utiliser pour diffuser et appliquer leurs politiques (il a remporté la Légion d’honneur française à 1918 pour avoir enrôlé des centaines d’adhérents dans la Première Guerre mondiale). Les Français lui permettent de fonder sa ville sainte de Touba et, à 1926, de débuter sur la grande mosquée dans laquelle il est enterré (Bamba a reçu sa célèbre vision dans le désert dans l'actuelle Touba. Cette vision lui a raconté son mission prophétique et de la nécessité de construire une ville sainte sur le site).

Même si Amadou Bamba semble avoir été modeste à propos de son appel divin, les Mourides le considèrent aujourd'hui comme presque égal à Mahomet (provoquant ainsi une consternation extrême par rapport aux autres musulmans, qui considèrent ce blasphème.) Les Mourides se distinguent par leur dévouement total à Amadou Bamba et à la lignée de les marabouts qui l'ont suivi. Les descendants mâles de Cheikh Ahmadou Bamba sont considérés comme de grandes autorités religieuses (marabouts) au Sénégal, et le père actuel des Mourides est l'un de ses descendants. Les mourides dévots recouvrent les murs de leur maison et de leur lieu de travail de photos et de dictons de leur marabout et portent de nombreuses amulettes préparées par leurs marabouts pour résoudre leurs problèmes. Les chauffeurs de taxi et de bus enduisent également leurs véhicules de stickers, de peintures et de photos des marabouts de leurs confréries respectives. Les Baay Fal, le groupe le plus dévot des disciples mourides, renoncent même aux piliers de l'islam, y compris la prière et le jeûne, pour se consacrer au service de leur marabout.

De nombreux Mourides considèrent Touba, la ville sainte d’Amadou Bamba, aussi importante ou plus importante que La Mecque. Les pèlerins viennent à Touba à tout moment, mais le point culminant de l'année est un pèlerinage de masse appelé le Grand Màgal (jours 48 après le nouvel an islamique), qui célèbre le retour de Bamba de l'exil. À ce moment-là, environ un demi-million d'adeptes mourides affluent vers le Sénégal et la Gambie. La mère d'Amadou Bamba, Mam Diarra Bousso, est également considérée comme une personne sacrée par les Sénégalais et son sanctuaire funéraire est situé dans la ville de Porokhane. Deux fois par an, à une date fixée par la famille Bousso, des milliers de femmes sénégalaises se rendent au sanctuaire pour un pèlerinage de deux jours.

La fraternité tijaane a sa grande mosquée dans la ville de Tivaouane (50 kilomètres au nord-est de Dakar sur la route de Saint-Louis). La fraternité tijaane compte plus d'adeptes que la confrérie mouride mais, en termes d'organisation, de discipline et de capacités de mobilisation et d'entrepreneuriat économique, elle a beaucoup moins d'influence. La mosquée Tijaan à Tivaouane est le deuxième lieu de pèlerinage le plus visité au Sénégal.

Une vue du minaret, mosquée Touba
Vue du minaret, mosquée Touba (Élargir)

Coucher de soleil à la grande mosquée de Touba
Coucher de soleil à la grande mosquée de Touba (Élargir)

Martin Gray est un anthropologue culturel, écrivain et photographe spécialisé dans l'étude et la documentation de lieux de pèlerinage à travers le monde. Au cours d'une année 38, il a visité plus de sites sacrés 1500 dans les pays 165. le Guide de pèlerinage mondial Le site Web est la source d’information la plus complète sur ce sujet.
 

Touba