Temple d'Amon, Oasis de Siwa, Egypte


Le temple d'Amon, Oasis de Siwa, Egypte

L'oasis de Siwa est située dans le désert de l'ouest de l'Égypte, à 300 kilomètres (185 miles) au sud-ouest de la ville méditerranéenne de Marsa Matruh. Le mot Siwa vient de l'arabe Wahat Siwah, signifiant «protecteur du dieu soleil égyptien Amon-Ra». Siwa est principalement connu pour être le site d'un temple d'oracle grec dédié au dieu soleil égyptien Amon. Le temple peut encore être vu sur la colline d'Aghurmi, à 4 kilomètres de la ville de Siwa.

Les outils en silex montrent que Siwa était déjà habitée au paléolithique et au néolithique, mais les premiers documents historiques datent du milieu et du nouveau règne de l’Égypte pharaonique (2050-1800 BC et 1570-1090 BC). Néanmoins, il est peu probable que les pharaons et leurs gouverneurs aient jamais exercé un contrôle réel sur Siwa, car il ne semble pas que des bâtiments datent de cette période.

Pourtant, Siwa était, à sa manière, un centre de la culture égyptienne, car son temple, construit pour honorer le dieu du soleil à tête de bélier, Amon-Ra, abritait un oracle divin dont la renommée, aux environs de 700 avant JC, était répandue dans l'est de la Méditerranée. . Le roi Cambyse de Perse, fils de Cyrus le Grand et conquérant de l'Égypte, en voulait à l'oracle, probablement parce qu'il avait prédit que ses conquêtes en Afrique faibliraient bientôt - comme ils l'ont fait. Dans 524 BC, Cambyses envoya de Louxor une armée d'hommes 50,000 pour détruire l'oracle de Siwan - une dispersion de forces qu'il ne pouvait se permettre de prendre pour se rendre en Éthiopie. Toute l'armée a disparu sans laisser de trace, ensevelie dans les mers de sable entre Siwa et les oasis de l'intérieur de l'Égypte, et aucun signe n'a encore été retrouvé à ce jour.

Le visiteur le plus illustre de Siwa était sans aucun doute Alexandre le Grand. Il fut acclamé pharaon d'Egypte après avoir vaincu le Darius persan lors de la bataille d'Issus à 333 av. À 331, il est parti de sa nouvelle ville d'Alexandrie, a atteint Mersa Matruh et s'est dirigé vers Siwa le long de la route du désert encore utilisée aujourd'hui.

Bien que nous ne le sachions pas avec certitude, le but d'Alexandre en faisant ce voyage était peut-être un élément de création d'image politique. Chacun des pharaons de la dynastie 28th d'Égypte s'était rendu à Siwa pour y être reconnu au temple en tant que fils d'Amon-Ra, le dieu suprême; chacun d'eux a ensuite été dépeint comme portant les cornes du bélier d'Amon sur sa tête. Alexandre voulait que la même déclaration de puissance divine légitimise sa conquête de l’Égypte et se mette sur le même plan que les pharaons.


Sanctuaire du temple d'Amon, oasis de Siwa

Avec l’arrivée de l’époque romaine, les oracles se sont démodés, de même que les dieux égyptiens, que les Grecs avaient plus ou moins intégrés à leur propre mythologie. Les aubaines et la lecture des entrailles des animaux étaient davantage du style romain. Lorsque le voyageur et historien Strabo s'est rendu en Égypte à 23 BC, il a pu constater que l'oracle d'Amon avait perdu presque toute son importance, bien que le dieu fût sans doute adoré localement jusqu'à l'avènement de l'islam.

Les mille années suivantes de l'histoire de Siwa ont été difficiles. Des troubles sociaux et économiques ont suivi la dissolution du pouvoir politique romain. Les tribus bédouines ont attaqué les colonies dispersées de l'oasis et perturbé le peu de commerce que les Siwans avaient. Aux alentours de l’année 1200, la population a été réduite à 40, des hommes valides, peut-être des 200. Ensuite, toute la population s'est déplacée de la plaine près du temple de l'oracle à une colline voisine pouvant être fortifiée.

Le premier Européen à visiter depuis l'époque romaine fut le voyageur anglais William George Browne, venu à 1792 pour visiter l'ancien temple de l'oracle. Au Xe siècle, d'autres visiteurs européens, jamais accueillis favorablement par la population, ont décrit l'ensemble de la colline comme une vaste ruche d'immeubles. En 19, Siwa est tombé sous le joug de la loi pour la première fois après sa conquête par les troupes de Muhammed Ali, le pacha ottoman de l’Égypte. Avec la règle centrale, les besoins défensifs de la ville ont été réduits et pour la première fois depuis 1820, il a été autorisé à construire des maisons en dehors des fortifications de la ville - bien que la plupart des gens soient réticents à le faire. Une tempête de pluie violente sur 1200 a toutefois démoli de nombreuses maisons et en a rendu d’autres dangereuses, forçant les gens à partir. La ville antique est maintenant presque en ruine, bien que sa nature en nid d'abeille soit encore clairement perceptible.

Récemment, une équipe d'archéologues grecs travaillant près de l'oasis de Siwa, dans le désert occidental égyptien, a découvert trois tablettes indiquant que le corps d'Alexander aurait pu être enterré après sa mort au cours d'une campagne militaire. Des recherches supplémentaires à ce sujet sont en cours.

Parmi les autres sites historiques d'intérêt locaux, citons: les vestiges du temple de l'oracle; la Gebel al Mawta (la montagne des morts), une nécropole de l'époque romaine comportant des dizaines de tombes taillées dans la roche; et "Cleopatra's Bath", une source naturelle antique.

Martin Gray est un anthropologue culturel, écrivain et photographe spécialisé dans l'étude et la documentation de lieux de pèlerinage à travers le monde. Au cours d'une année 38, il a visité plus de sites sacrés 1500 dans les pays 165. le Guide de pèlerinage mondial Le site Web est la source d’information la plus complète sur ce sujet.

Pour plus d'informations:

https://sacredsites.com/africa/egypt/temple_of_amun_siwa_oasis.html

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Siwa_Oasis

http://www.siwa-oasis.it/amun.html


Guides de voyage en Egypte

Martin recommande ces guides de voyage 

 

Oasis de Siwa