Sites sacrés de la Russie


Monastère de Sergiev Posad

Sites sacrés de la Russie

Le christianisme est devenu la religion de la Russie dans 988 AD, mais depuis des siècles, une variété de traditions mégalithiques, païennes et chamaniques existaient déjà depuis la mer Baltique jusqu'à la mer d'Okhotsk, en passant par la Sibérie. Compte tenu de cette vaste étendue de terre, il y avait d'innombrables influences culturelles et religieuses qui se sont développées au cours des âges. Des concentrations de mégalithes, de dolmens et de labyrinthes de pierre ont été découvertes (mais peu étudiées) le long des rives septentrionales de la Russie avec la mer Blanche et la mer de Barents, ainsi que dans l'ensemble des montagnes du Caucase. La région située au nord de la mer Noire a été aménagée autour de 700 avant JC par les Scythes d’Asie centrale, dont les principales divinités étaient la grande déesse Tabiti (Hestia), son épouse Papaeus (dieu des cieux), Apia (la déesse de la Terre), Argimpasa / Atimpaasa (déesse de la lune) et Oetosyrus (le dieu soleil). L'empire Scythian régna pendant environ 400, après quoi diverses personnes, dont des Huns, des Grecs, des Perses, des Celtes et des Slaves, introduisirent d'autres divinités et pratiques religieuses. Les Slaves, occupant une grande partie de ce qui est maintenant la Pologne, la Russie occidentale et l'Ukraine, adoraient la nature et possédaient des divinités telles que Svarog (Dieu des cieux et du tonnerre), Dazbag (Dieu du soleil), Myesyats (déesse de la lune). et Jarovit (Dieu des sources sacrées). Les énormes steppes eurasiennes étaient peu peuplées par des peuples nomades qui continuaient à pratiquer le chamanisme longtemps après l’introduction du christianisme en Europe occidentale.

L'influence païenne scandinave est entrée dans l'ouest de la Russie au milieu du 9e siècle, lorsque les Slaves ont invité et assisté les Varangians (Vikings) suédois, qui ont ensuite créé le premier État russe à Novgorod. Après son baptême et son mariage avec une princesse byzantine, le roi varangien Vladimir Ier a imposé le christianisme aux Russes dans 988. Suivant une pratique établie de longue date par le christianisme romain, les temples païens ont été démolis et les églises érigées directement sur leurs fondations. Les monastères ont commencé à naître dans l'ouest de la Russie, amassant de grandes richesses et des biens fonciers, même pendant la période tartare (commençant en 1224) lorsque les moines et les prêtres étaient exemptés des taxes tartares. Pendant une courte période, de 1315 à 1377, la ville de Kiev redevint païenne mais, à cette époque, la Russie était (et a toujours été) fortement orthodoxe.

Dès le début, l'orthodoxie russe s'est caractérisée par une tradition de pèlerinage florissante. Fortement influencé par des notions similaires dans le christianisme byzantin, l'orthodoxie russe croyait que les icônes fonctionnaient comme des imitations convenables du Christ et des saints et que les reliques avaient des pouvoirs miraculeux. Alors que le protestantisme abolirait plus tard la pratique du pèlerinage dans de nombreuses régions d'Europe, l'orthodoxie russe encourageait le culte des icônes et la tradition du pèlerinage en tant que mode de vie. Aux siècles suivants, des dizaines de milliers de Russes, paysans et citadins instruits, ont effectué de longs pèlerinages dans les grands centres monastiques afin de vénérer et de contempler les icônes et reliques sacrées. Le célèbre journal spirituel du 17ème siècle, La voie du pèlerin, offre une vue fascinante sur le mode de vie d'un pèlerin errant. L'auteur anonyme écrit:

Je me suis décidé à aller en Sibérie à la tombe de saint Innocent d'Irkoutsk. Mon idée était que, dans les forêts et les steppes de Sibérie, je voyagerais dans un plus grand silence et donc mieux pour la prière et la guérison. Et ce voyage, j’ai entrepris tout en récitant ma prière orale sans arrêt.

Au cours de la période soviétique, de nombreux monastères ont été fermés et des églises détruites. Depuis la fin de cette époque, les monastères et églises restants ont été rendus à l'église orthodoxe russe, des bâtiments sont en cours de reconstruction, les offices religieux sont à nouveau autorisés et les pèlerins arrivent chaque année plus nombreux.


Pèlerins regardant des reliques à Serguiev Posad

Monastère de la Trinité-St. Sergius Sergiev Posad

Le grand complexe monastique et l'église de Sergiev Posad, situés à quelques kilomètres au nord de Moscou, constituent le centre de l'orthodoxie russe et l'un des lieux de pèlerinage les plus importants de tout le pays. (Le centre de l'orthodoxie russe se trouvait à l'origine à Kiev, en Ukraine, mais à la suite de l'invasion mongole du 45ème siècle, le patriarche s'installa dans la ville de Moscou en 13). Les premières structures religieuses de Sergiev Posad ont été fondées par le noble russe Sergius (1308-1319), également appelé Sergiev, qui s'est retiré dans la forêt de Radonezh avec son frère Stephen pour mener une vie de prière. À 92 (certaines sources disent 1340), les deux frères ont construit une petite église en bois et le site a commencé à attirer d’autres moines et un nombre croissant de pèlerins. Devenant rapidement un complexe monastique, le site reçut le nom de monastère de la Trinité.

Sergius le moine s'est également impliqué dans la politique. Il a aidé à unir le prince russe en conflit afin de résister à l'invasion des Tartares et a soutenu le prince de Moscou Dmitrii Ivanovich qui voulait faire de Moscou le centre de la Russie. Epiphanii le Sage, biographe de Sergius, raconte de nombreux miracles liés à la vie du saint. Selon Epiphanii, Sergius a eu une apparence miraculeuse de la Mère de Dieu, qui a promis une protection éternelle au monastère. Epiphanii a également décrit les miracles qui ont eu lieu chez les personnes qui ont appelé Saint Serge. En raison de ses réalisations religieuses et politiques, Sergius a été canonisé dans 1422. Ses reliques ont été placées dans un reliquaire en argent de la cathédrale de la Trinité, construit entre 1422-27, sur le site de l'ancienne église en bois (détruite lors d'un raid sur le tartre). La cathédrale a été décorée par les plus célèbres peintres d'icônes russes, Daniil Chernyi et Andrei Roublev. L'objet principal du culte dans la cathédrale sont les reliques de saint Serge.

Le monastère, l'église et le reliquaire de Saint-Serge deviennent rapidement un symbole national de l'unité russe et orthodoxe, inspirant la résistance aux Tartares. À 1552, pour célébrer la défaite des Tartares, le tsar Ivan Grozny (Ivan le Terrible) a commencé la construction de la cathédrale de l'Assomption à Sergiev Posad. La cathédrale a ensuite été décorée en 1684 par les peintres d'icônes 35. Au milieu du 16ème siècle, le monastère de St.Sergius fut transformé en une grande forteresse, avec des murs d'une hauteur de 6 et d'une épaisseur de 3. Au début du 17ème siècle, le monastère a résisté au siège des 16 mois par les Polonais et les Lituaniens. Les envahisseurs avaient une armée de 30,000, tandis que le monastère ne comptait que des défenseurs 3,000 et cette guerre témoignait de la grande force et de l'esprit du peuple russe. Après cette guerre, différents tsars russes se sont rendus en pèlerinage au monastère avant de se lancer dans la guerre et leurs armées portaient des icônes illustrant Saint Serge.

Dans 1682 et 1689, le monastère redevint un centre de l'histoire russe. Le tsar Pierre Ier le Grand s'est réfugié dans l'enceinte de la forteresse lorsque l'armée s'est soulevée contre lui. En guise de gratitude, il fit d'autres dons au monastère. Au cours des dernières années du 17e siècle, de nombreux bâtiments furent construits dans l'enceinte monastique, notamment l'église Saint-Serge, le magnifique palais du tsar et l'église de la Nativité Saint-Jean-Baptiste. Grâce aux nombreux dons, le monastère est devenu le plus grand et le plus riche de Russie, acquérant de vastes propriétés foncières. Seul le tsar avait plus de pouvoir.

À 1721, le patriarcat a été suspendu, le monastère a perdu la plus grande partie de ses terres et de ses richesses au profit de l'État, et l'église était régie par un conseil contrôlé par le tsar. À l'époque communiste, le reste des propriétés du monastère ont été saisies et la ville a été rebaptisée Zagorsk en l'honneur d'un important dirigeant communiste. Avec la chute du communisme dans 1991, Sergiev Posad a retrouvé son nom ancestral et le contrôle de ses propres affaires. De vastes projets de reconstruction et de restauration sont en cours et un grand nombre de pèlerins se rendent au sanctuaire chaque année. Dans le complexe du monastère 25 se trouvent de nombreuses églises et un chemin de pèlerinage qui visite l’icône de Notre-Dame de Smolenski, le tombeau de Saint-Serge et de son puits. Le monastère abrite également la principale école de séminaire de Russie, l'Académie théologique de Moscou. Plus de moines 200 s'installent à Sergiev Posad.

Cathédrale Sainte Sophie
Cathédrale Sainte-Sophie de Novgorod

Novgorod, l'une des plus anciennes villes de Russie, a été fondée au 5ème siècle après J.-C. sur les rives de la rivière Volkhov. La première église connue, érigée sur l'emplacement d'un temple païen, était une petite structure en bois construite à 989. À 1045, ce bâtiment a été entièrement incendié. Sur le même site, le prince de Novgorod, Vladimir Yaroslavovich, a construit une cathédrale en pierre à 1045-1050. La nouvelle cathédrale a été consacrée en 1052 à Sainte Sophie, qui symbolisait l’aspect féminin de la sagesse divine. Les érudits interprètent la dédicace de la cathédrale de Novgorod à Sainte-Sophie (comme ce fut également le cas pour les grandes cathédrales de Kiev et de Polotsk) comme une continuation du culte de la Grande Déesse qui était largement pratiqué dans ces régions depuis les temps archaïques.

Au cours des deux siècles suivants, la cathédrale Sainte-Sophie devint un centre majeur de la spiritualité chrétienne dans le nord de la Russie. Initialement, la cathédrale de pierre avait un aspect sévère et quelque peu ascétique en raison de son manque de plâtrage et de décoration. Au début du 12e siècle, des peintres d'icônes grecs ont commencé à décorer l'intérieur du bâtiment et, au cours des siècles, de nombreuses plus belles fresques ont été ajoutées. Bien qu'aucune de ces premières fresques n'ait survécu, le bâtiment actuel a conservé l'essentiel de sa forme originale.

À 1170, il s’est produit un événement destiné à établir fermement la cathédrale comme lieu de pèlerinage. Une armée de la ville de Suzdal avait attaqué Novgorod et menaçait de submerger ses habitants. L'évêque du lieu eut une vision dans laquelle il fut chargé de porter l'icône de la Vierge sur les murs de la forteresse. La flèche d'un attaquant a volé dans les airs et s'est logée directement dans l'icône, où des larmes ont commencé à couler des yeux de la Vierge. À ce moment, dit la légende, tous les assaillants devinrent aveugles et l'armée de Novgorod put facilement vaincre l'ennemi. Depuis ce temps, l'icône de la Vierge s'appelle Znamenie, ce qui signifie "Notre-Dame du Signe" et on pense qu'elle est la protectrice de la ville. Son festival est célébré en décembre 10.

Aux 13e et 14e siècles, Novgorod devint un avant-poste commercial de la Ligue hanséatique et un centre culturel majeur. Il a repoussé les invasions tatares à la fin du 13e siècle, mais ce dernier a été annexé par son rival Moscou, sous Ivan III. La ville a décliné en tant que centre commercial après l'établissement de Saint-Pétersbourg à proximité de 1478, mais elle est restée un centre de pèlerinage important jusqu'à 1703, lorsque la cathédrale a été fermée par le gouvernement soviétique. Pendant la période soviétique et l'occupation allemande de 1929-1941, la ville de Novgorod a été gravement endommagée et la cathédrale a été pillée, bombardée et laissée à se dégrader. Vers la fin de la période soviétique, la cathédrale a été partiellement rénovée. Elle a été restituée à l’Église orthodoxe russe à 44 et, depuis lors, elle a fait l’objet de vastes travaux de restauration.


Monastère d'Optina Pustyn

Le monastère d'Optina Pustyn est situé sur la rive droite de la rivière Zhizdra, à deux kilomètres de la ville de Kozelsk et à environ 70 au sud de Kaluga. Selon la légende, le monastère aurait été fondé au 15ème par un ancien hors-la-loi nommé Opta. Se repentant de ses péchés, il prit des voeux monastiques avec le nom de Makarii. La première preuve historique du monastère date du 17e siècle, sous le règne du tsar Mikhail Feodorovich. A cette époque, le monastère n'était qu'un petit établissement, avec une église en bois, plusieurs cellules monastiques et moins de vingt moines.

À la fin du 18e siècle et au début du 19eème, les revenus du monastère ont considérablement augmenté et plusieurs nouveaux bâtiments ont été construits. Cette croissance du monastère a été à la fois stimulée par et a contribué au développement d'une tradition appelée Starchestvo, qui signifie "une lignée de sagesse de prière" maintenue par Staretz, qu'il s'agisse de moines orthodoxes russes ou de "sages" d'une profonde sagesse. Les racines de ce mouvement se trouvent dans l'hésychia byzantine, «l'art de la prière silencieuse» (14th - 15th.), Qui fut introduite en Russie par saint Serge de Radonezh et ses successeurs. Aux 16e-18e siècles, la vie ecclésiastique en Russie était de plus en plus devenue laïque et politique et, en réaction à cette mondanité, la tradition de starchestvo devint très populaire parmi le peuple russe. Le complexe monastique d'Optina Pustyne constitue un centre principal, bien que non officiel, de Starchestvo en Russie.

Au Xe siècle, de nombreux anciens venus de différentes régions de la Russie vivaient et enseignaient à Optina Pustyn. Ces anciens ont partagé leur expérience spirituelle avec les pratiquants laïques et la communauté de moines, ils ont écrit et traduit des livres et ont servi les pauvres et les malades. Il y avait quatorze anciens particulièrement sages au cours de cette période et les jours de leur mort sont commémorés avec des fêtes religieuses au monastère. La célébration de l’ensemble du conseil des anciens d’Optina a lieu le mois d’octobre de 19. Optina Pustyn est devenue un lieu de pèlerinage non seulement pour une multitude de paysans errants de Russie, mais également pour d'importantes personnalités culturelles de son époque. Les écrivains Tolstoï, Gogol et Dostoïevski, ainsi que de grands philosophes, ont tous reçu les conseils des anciens d’Optina.

La tradition des aînés à Optina Pustyn se poursuivit jusqu'à la rébellion bolchéviste. À 1918, le gouvernement soviétique a fermé le monastère et ses églises, emprisonné de nombreux moines et transformé le complexe en musée de 1923. Au cours des 1930, beaucoup de moines ont été envoyés dans des camps de travail sibériens, torturés et abattus. Le dernier ancien d'Optina, l'archimandrite Isaachlus II, a été abattu en décembre 26, 1938. À 1987, Optina Pustyn a été renvoyée à l’église orthodoxe et est depuis lors redevenue une destination de pèlerinage réputée.


Monastère de la Transfiguration, île de Valaam

Dans la partie nord du lac Ladoga, le plus grand lac d'Europe, se trouvent de nombreuses îles, la plus grande d'entre elles étant Valaam, d'une superficie d'environ 36 km 2. Le nom Valaam est traduit du finnois par "haute terre" et parfois le nom de l'île est également attribué au nom du dieu païen Baal ou du prophète biblique Balaam. Une légende de Valaam raconte qu’il ya bien longtemps, avant l’adoption du christianisme par les peuples finno-ougriens et slaves habitant le lac Ladoga, l’île était un site d’une grande sainteté païenne. Dans la partie sud de l'île principale se dresse la montagne Snake, également appelée montagne Karmil, où se trouvaient autrefois les autels de différents dieux païens. Les légendes chrétiennes disent qu'au XXe siècle de notre ère, l'un des disciples du Christ, saint André se rendit à Valaam où il détruisit les autels païens et érigea une croix de pierre, mais aucune preuve historique ne confirma la visite d'Andrew.

L'histoire chrétienne de Valaam commence vraiment au 10ème siècle avec l'arrivée de deux moines nommés Sergius et German. Autour de ces deux moines s'est développée une communauté monastique florissante. Au cours des siècles suivants, des pirates et des soldats suédois ont attaqué le monastère à plusieurs reprises, une reconstruction à la suite de chaque profanation. À 1163, les reliques de Sergius et d'Allemand ont été transférées à Novgorod pour y être conservées, mais ont été restituées à 1180 et sont depuis enterrées dans une profonde caverne rocheuse située sous l'église. Les chroniques de monastères parlent de nombreux miracles accomplis avec les reliques, de leur capacité à empêcher les gens de se noyer et de geler dans le lac, et que les prières adressées aux reliques guérissent les maladies nerveuses, mentales et infectieuses, ainsi que l'alcoolisme.

En 1617, l’île a été cédée à la Suède mais a été renvoyée en Russie en 1721. En 1719, la cathédrale en bois de la Transfiguration a été construite au-dessus de la tombe des reliques du saint, mais trois incendies au début du 1700 ont détruit tous les bâtiments en bois. À 1755, la cathédrale à cinq dômes de la Transfiguration fut de nouveau consacrée et Valaam entra dans une période de conditions favorables pendant laquelle des abbés entreprenants agrandirent considérablement le complexe monastique. De 1917 à 1940, l’île était sous la juridiction de la Finlande et la cathédrale et les bâtiments monastiques souffraient de l’oubli et de la dégradation progressive. De 1940 à 1990, le gouvernement russe a utilisé l'île pour des exercices militaires et l'hébergement de soldats handicapés, puis à 1991, les anciennes propriétés monastiques ont été restituées à l'église orthodoxe. Depuis ce temps, le monachisme a connu une nouvelle naissance à Valaam et chaque année, plusieurs milliers de pèlerins se rendent sur l'île pour découvrir les reliques miraculeuses et passer du temps en retraite spirituelle. Des jours saints spéciaux, le jour de la commémoration de Saint Serge et de Saint Allemagne le mois de juillet 11 et la fête de la Transfiguration du Sauveur au mois d’août 19 attirent un plus grand nombre de visiteurs. L'île de Valaam est également un lieu d'une grande beauté naturelle avec des forêts vierges, des rivages rocheux et plus de variétés de plantes 400.


Icônes à vendre, monastère de Sergiev Posad

Autres sites sacrés et lieux de pouvoir en Russie:

  • Monastère Ipatevsky à Kostroma
  • Monastère de Solovyetsky, île de Solovets
  • Pechorsky Lavra, près de Pskov
  • Monastère de Seraphimo-Diveeno
  • Shamordino Poustyn nunery
  • Monastère de Zadonsk
  • Monastère de Sanaksarsk
  • Kizhi Island
  • La tombe de St. Ksenya Blazhennaya à Saint-Pétersbourg.
  • Suhaya Mountain, près du lac Tibercul, Sibérie
  • Saintes montagnes de la province de Kharkov
  • Mégalithes et labyrinthes de pierre des îles Solovetski
  • Mégalithes sur les rivages de Tersk, sud de la péninsule de Kola
Pour les sites mégalithiques en Russie, consultez le site Web:
Monastères importants en Russie
  • Tikhonova Pustyn (monastère de Panfutievo-Borovskii); Près de la ville de Kalouga. Fondée au 15ème siècle par St Tikhon. Au début du 20e siècle, c'était l'un des plus grands monastères de Russie. Visité par des milliers de pèlerins, il est réputé pour son printemps sacré et médicinal.
  • Davidova Pustyn (Svyato-Voznesenskaya Davidova Pustyn); 80 kilomètres de Moscou. Fondée à 1515 par St. David Serpukhovskoi.
  • Monastère de Nilo-Stolbenskii (Nilova Pustyn); Près de la ville d'Ostaskov. Fondée au 16ème siècle par saint Nil qui avait le don de la prophétie. En 1995, les reliques de Saint-Nil ont été rendues à la cathédrale Voznesenskii d'Ostashkov. Le monastère a une fête au début de juin.
  • Monastère de Tolgskii; Près de la ville de Yaroslavl. Dans 1314, Saint-Prokhor a reçu l’icône Tolgskaya de la Mère de Dieu. Le monastère (masculin) et le couvent (féminin) sont en reconstruction depuis la fin de l'ère soviétique.
  • Monastère Aleksandro-Svirskii; Près de Saint-Pétersbourg. Fondé par Alexander, un moine du monastère de Valaam, à 1484.
  • Couvent de Novodievitchi (femme); À Moscou. Fondé par le prince Vasily III en 1524. La plus ancienne église (1524) est dédiée à Notre-Dame de Smolensk. Les principaux objets de culte sont les icônes de Notre-Dame de Smolensk et de Notre-Dame d'Iversk.
  • Monastère de Borisoglebskii; Dans la ville de Dimitrov. Fondée au 15ème siècle. La cathédrale Borisoglebskii a été construite en 1537.
  • Monastère de Bogoyavlenskii Staro-Golutvin; Près de la ville de Kolomna. Fondé à 1374 par Saint-Serge de Radonezh et le prince de Moscou, Dmitry Donskoi.
  • Couvent Svyatotroitskii Staro-Golutvin (femme); Près de la ville de Kolomna. Fondée au 15ème siècle.
  • Le monastère Voskresenskii Novoierusalimskii; Près de moscou. Fondée à 1656. La cathédrale de la résurrection a été construite en 1658-1685.
  • Couvent Sainte-Trinité Belopesotskii (femme); Près de la ville de Kashira. Fondée à 1498. Aux 16ème-17èmes siècles, le couvent avait une importance stratégique et a participé à plusieurs batailles. Il a été rouvert en 1993.
  • Couvent de Pokrovskii Khotkov (femme); Près de la ville de Khotkov. Fondée à 1308. Saint Serge de Radonezh est devenu moine ici. Il y a quatre icônes différentes de la Mère de Dieu conservées dans la cathédrale du voile protecteur (1810).
  • Le monastère Iosifo-Volotskii; Près de la ville de Volokalamsk. Fondée par le miracle opérant Saint-Joseph de Volotsk en 1479.
  • Monastère Nikolo-Ugreshskii; Près de la ville de Dzerzhinsky. Fondé par le prince Dmitrii Donskoi à 1381. L’objet principal de culte était l’icône miracle de Saint-Nicolas, créée en 1380. La grande cathédrale Saint-Nicolas, construite au 14e siècle, a été détruite à 1940. À présent, l'église principale est la cathédrale de la Transfiguration (1880-1894).
  • Le monastère Ferapontov Luzhetskii Mozhaiskii; Près de la ville de Mozhaisk. Fondée par St. Ferapont à 1398. Le principal objet de culte était la relique de la relique de Saint-Ferapont. La cathédrale de la Nativité de la Mère de Dieu fut construite au 16ème siècle). Ouvert à nouveau dans 1993.
  • Le monastère de Vysotskii Serpukhovskoi; Près de la ville de Serpoukhov. Le lieu du monastère a été choisi par saint Serge de Radonezh. Au 16ème siècle, le monastère fut grandement favorisé par les tsars russes qui firent de riches dons. La cathédrale de la conception de la Vierge a été construite au 16ème siècle.
  • Monastère de Svyato-Ekaterinenskii; Près de la ville de Vidnoe. Fondé par le tsar Alexey Mikhailovich à 1658. À l'époque soviétique, le monastère était utilisé comme prison mais a été restauré depuis 1992.
  • Monastère d'Uspenskii Svenskii; Dans Bryanskoblast. Fondé à 1288 par le prince romain Mikhaïlovitch de Tchernigov. Une légende dit qu'il était aveugle et a recouvré la vue devant l'icône de Notre-Dame de Pechyora. À cet endroit, il a fondé le monastère. Le bâtiment principal est l'église de la Chandeleur (1679). La cathédrale de l'Assomption a été détruite à l'époque soviétique, mais elle est en cours de reconstruction.
  • Le monastère Ioanno-Bogoslovskii; Dans la région de Ryazan. Fondée au XVIème siècle. Le monastère avait la célèbre icône Saint Jean de Dieu qui empêchait le choléra à 1848 et 1892, arrêtait un incendie dans le village de Poshchupovo et guérissait de nombreux pèlerins. Le bâtiment principal est la cathédrale Saint-Jean de Dieu (1689). Ouvert à nouveau dans 1989.
  • Couvent Svyato-Bogorodichnyi Shcheglovskii (femme); Dans la ville de Tula. Fondée à 1868. Les principaux objets de culte étaient les reliques de saint Panteleimon, de saint Evfimii, de saint Ignatii et de saint Akakii, une partie de la Vraie Croix et l'icône de la Mère de Dieu.
  • Le monastère Spaso-Yakovlevskii Dmitriev Rostovskii; Près de la ville de Rostov. Fondée à 1389 par St. Jacob. Les objets de culte principaux étaient les reliques de saint Jacques et de saint Dimitri de Rostov. Le bâtiment principal est la cathédrale de la conception de la Vierge (1686).
  • Monastère de Svayto-Danilov; Premier monastère à Moscou. Fondé par le prince moscovite St. Daniil à 1282.
  • Svyato-Troitskaya Aleksandro-Nevskaya Lavra; À Saint-Pétersbourg. Fondé par Peter I le Grand en 1710. L'objet principal du culte est la relique de saint Alexandre Nevski. De nombreuses personnalités russes sont enterrées sur le territoire du monastère. La plus grande église est la cathédrale Sainte-Trinité (1786).
Les informations sur ces monastères ont été extraites de:

www.radrad.ru/new/sheduleInfo.asp


Pèlerins buvant et sauvant de l'eau bénite, monastère de Sergiev Posad



Pèlerins buvant et sauvant de l'eau bénite, monastère de Sergiev Posad
Martin Gray est un anthropologue culturel, écrivain et photographe spécialisé dans l'étude et la documentation de lieux de pèlerinage à travers le monde. Au cours d'une année 38, il a visité plus de sites sacrés 1500 dans les pays 165. le Guide de pèlerinage mondial Le site Web est la source d’information la plus complète sur ce sujet.