Kairouan

Sidi Oqba, la grande mosquée de Kairouan, en Tunisie
Sidi Oqba, la grande mosquée de Kairouan, Tunisie (Élargir)

Les archives historiques racontent que, dans 670, le conquérant arabe, Uqba ibn Nafi, traversa les déserts d’Égypte et commença la première conquête musulmane de la région du Maghreb en Afrique du Nord. Établissant des postes militaires à intervalles réguliers le long de son parcours, Uqba ibn Nafi s’est rendu sur le site de l’actuel Kairouan et a décidé de camper ses soldats pendant quelques jours (Kairouan, également orthographié Qayrawan, signifie "camp" en arabe).

De vieilles chroniques décrivent la région comme complètement déserte, couverte de bosquets impénétrables et éloignée des routes commerciales. Apparemment inhospitalière en tant que site de peuplement à long terme, pourquoi ce camp militaire temporaire est-il bientôt devenu la plus grande ville musulmane d'Afrique du Nord et la 4ème ville sainte de l'islam (après La Mecque, Médine et Jérusalem).

Pour répondre à cette question, nous devons regarder au-delà des archives historiques jusqu'aux premières légendes du site. Nous trouvons ici la mention d'un incident survenu pendant le campement initial d'Uqba ibn Nafi, incident que la plupart des livres d'histoire ont choisi d'ignorer en raison de sa nature miraculeuse. La légende raconte qu'un cheval de guerrier est tombé sur un verre en or enfoui dans le sable. Ce gobelet a été reconnu comme ayant disparu mystérieusement de La Mecque quelques années auparavant. Lorsque la coupe a été creusée dans le sable du désert, une source est apparue miraculeusement et les eaux de cette source proviendraient de la même source qui alimente le puits sacré de Zamzam à La Mecque. La puissance de ces trois miracles - le gobelet meccan perdu et retrouvé mystérieusement, le jaillissement miraculeux du printemps et la source de ce printemps - a exercé un effet magnétique sur le peuple islamique nord-africain primitif et a ainsi établi le site de Kairouan une destination de pèlerinage pour les âges à venir.

Après 698, à la suite de plusieurs autres campagnes militaires au Maghreb, les Arabes avaient chassé les Byzantins de leurs garnisons à Carthage et étaient devenus maîtres des provinces d'Afrique du Nord, appelées par eux. Ifriqiya. La ville de Kairouan est devenue la capitale de cette vaste province. Les gouverneurs ont été nommés dans la province par les califes Ommayyad et Abassid (décision de Damas et Bagdad), et ils ont exercé leur gouvernement depuis Kairouan. Cette tradition a été perpétuée au cours des siècles par les émirs aghlabides (9ème siècle), les califes fatamides (10ème siècle) et les émirs zirides (11ème siècle). Au cours de ces siècles, la ville est devenue l'un des centres culturels les plus importants du monde arabe, témoin de l'épanouissement des sciences, de la littérature et des arts. L'agriculture a été favorisée par la réalisation de projets d'irrigation de grande envergure et une augmentation active des échanges commerciaux avec les régions environnantes ont contribué à la prospérité générale. Kairouan a grandi en taille et en beauté, et nulle part ailleurs cela n’a été plus évident que dans la construction et l’élaboration continue de sa Grande Mosquée.

La grande mosquée de Kairouan
La grande mosquée de Kairouan (Élargir)

À partir du XIIe siècle, cependant, Kairouan a cessé d'être la capitale de l'Ifriqiya arabe. Tunis, Tlemcen, Fès, Marrakech et d’autres villes d’Afrique du Nord ont usurpé sa prééminence politique et économique. Lentement, la ville antique a perdu de sa taille pour couvrir à peine le tiers de la superficie occupée par la métropole des Aghlabides, des Fatamides et des Zirides. Pourtant, ville sainte, Kairouan a grandi au fil des siècles et sa splendide mosquée est devenue un pôle d'attraction pour les pèlerins des territoires musulmans de l'Afrique du Nord et du Sahara.

La Grande Mosquée, également connue sous le nom de mosquée Sidi Oqba, a eu ses débuts simples dans 670 AD, à l'époque d'Uqba ibn Nafi, le fondateur de Kairouan. Alors que la ville s'agrandissait au cours des trois cents années suivantes, la mosquée d'origine fut démolie et reconstruite en 703, toujours en 774, puis agrandie de manière significative par les dirigeants de la dynastie des Aghlabides, 836 et 863. À la fin du 9e siècle, la mosquée avait atteint la taille et les proportions qu’elle présente aujourd’hui, bien que de nombreuses rénovations et ornements aient été effectués aux 13e et 14e siècles par les souverains de la dynastie Hafsid et au cours des 17th, 18th et 19th siècles (quand région était contrôlée par les Turcs) par les dirigeants mouradites et husseinites.

La Grande Mosquée de Kairouan revêt la forme générale d'un rectangle avec des côtés de pieds 242, 229, 410 et 406. Cet espace immense contient une salle de prière, une cour et un minaret en flèche. Cette zone sacrée est entourée d'un mur d'enceinte renforcé par des contreforts en saillie et deux tours de pierre et percé de neuf portes. La cour pavée de marbre est flanquée de trois portiques composés de longues nefs dont les toits sont soutenus par des arcs. Ces arches sont à leur tour soutenues par des dizaines de jolies colonnes de marbre que divers dirigeants et constructeurs arabes ont retirées de sites plus anciens, tant romains que byzantins. Le minaret a trois étages, pieds 103 sur 34, avec ses étages inférieurs composés de blocs de pierre empruntés à des édifices romains classiques. Ce minaret, construit de 724 à 728 AD, est le plus ancien minaret debout au monde et est largement reconnu comme l’un des plus grands joyaux de l’architecture islamique. La salle de prière, construite au 9ème siècle, a une profondeur de 123 et une largeur de 230.

La grande mosquée de Kairouan
La grande mosquée de Kairouan (Élargir)

L'historien islamiste Paul Sebag (Ta Grande Mosquée de Kairouan) dit: "Elle est décorée avec une richesse extrême. Toutes les ressources de l’ornementation islamique, sculptées ou peintes, ont été prodiguées ici en marbre, pierre, poterie ou bois. Cet ornement emprunte ses éléments au monde végétal, à la géométrie, et de l'épigraphie.Sa flore héritée de la tradition hellénistique, l'acanthe, la vigne et même le palmier, elle s'est enrichie de plantes orientales telles que le lotus et la homa, mais elle a surtout mis au point un monde végétal imaginaire et idéalisé constitué de rinceaux et de tresses, de palmettes et de fleurs, d’une extrême élégance et grâce, les ornements géométriques des païens, des chrétiens et des berbères ont été étendus et affinés avant d’être utilisés pour la création de nouveaux personnages surprenants et étranges. le fantasme du calligraphe et révèle ses qualités incomparables en tant que décoration. Ces éléments se juxtaposent et se mêlent pour composer un décor enchanteur ...... À travers la pénombre dans laquelle le sanctuaire nage, nous découvrons soudainement que les pierres, ordonnées par un esprit inspiré, peuvent parvenir à sublimer la poésie et à nous émouvoir profondément. "

Le grand romancier français Guy de Maupassant, en visite à Kairouan dans 1889, était également enchanté par la Grande Mosquée. Il a écrit les mots suivants: (La vie errante):

"Je connais trois édifices religieux dans le monde qui m'ont donné l'émotion inattendue et bouleversante que suscitait en moi ce monument barbare et étonnant: le mont Saint-Michel, Saint-Marc de Venise et la chapelle palatine de Palerme. Ces trois sont des travaux raisonnés, étudiés et admirables de grands architectes sûrs de leurs effets, pieux certes, mais d’abord artistique, inspirés autant ou plus par leur amour de la ligne, de la forme et de la décoration que par leur amour de Dieu. à Kairouan, c’est autre chose: une race de fanatiques, des nomades à peine capables de construire des murs, arrivant sur une terre recouverte de ruines laissées par leurs prédécesseurs, ramassant ça et là ce qui leur paraissait le plus beau et à leur tour, avec ces débris tous d’un même style et ordre, élevés, sous la direction du ciel, une demeure pour leur Dieu, faits de morceaux arrachés à des villes en ruines, mais aussi parfaits que les conceptions les plus pures des plus grands ouvriers en pierre. "

Les autres sites sacrés importants en Tunisie sont:

  • Le sanctuaire islamique de Sidi Mahraz à Tunis
  • Le sanctuaire islamique de Sidi Nasir el Barouchi
  • La synagogue juive de Ghriba à Djerba

Situés dans des régions reculées de la Tunisie, souvent sur des sommets élevés et presque inaccessibles, se trouvent de petites tombes à dôme (marabouts) de saints populaires islamiques. Le maraboutisme, ou culte des saints, a commencé sous la dynastie des Hafsides (13th - 16th siècles) et a évolué pour devenir un culte de dévotion florissant. À l'origine moines guerriers ou sages vivant dans des monastères fortifiés, les marabouts agissaient en tant que guérisseurs et conseillers spirituels pour les populations locales dont les pratiques religieuses impliquaient un mélange de croyances islamiques et d'anciens rituels païens. Les tombeaux de marabouts, également appelés Zawiyas, sont le théâtre de pèlerinages annuels et sont particulièrement populaires auprès des femmes. Cérémonies musicales, chants et danses, et sessions de prière animées caractérisent ces festivals de pèlerinage.

Tombe de Sidi Sahab

Sanctuaire de Sidi Sahab, Kairouan
Sanctuaire de Sidi Sahab, Kairouan (Élargir)

À environ un kilomètre à l'ouest de la grande mosquée de Kairouan se trouve le tombeau d'Abou Zamaa Al Balawi, un compagnon ou Sahab, du prophète Mahomet. Le tombeau, appelé un zaouia ou zawiya, est parfois appelée la mosquée du Barbier parce qu’on croit qu’Abou Zamaa Al Balawi porte toujours trois cheveux de la barbe du prophète Mahomet.

Alors que le mausolée original date du 7ème siècle, la majeure partie de ce qui existe aujourd'hui a été ajoutée à la fin du 17ème siècle. Le dôme au-dessus de la tombe a été achevé en 1629 et le minaret en 1690. L'entrée du sanctuaire se fait par un passage menant à une belle cour cloîtrée ornée de tuiles et de stucs représentant la grande mosquée de La Mecque. Dans le coin nord-ouest de la cour se trouve une petite pièce avec le tombeau du saint et sa pierre tombale est drapée d'étoffes vertes, blanches et rouges. Les non-musulmans ne sont pas autorisés à entrer dans la salle du sanctuaire. Une autre petite pièce sur le côté opposé de la cour contient la tombe de l'architecte de la Grande Mosquée de Kairouan.


Sidi Oqba, la grande mosquée de Kairouan, en Tunisie
Sidi Oqba, la grande mosquée de Kairouan, en Tunisie

Martin Gray est un anthropologue culturel, écrivain et photographe spécialisé dans l'étude et la documentation de lieux de pèlerinage à travers le monde. Au cours d'une année 38, il a visité plus de sites sacrés 1500 dans les pays 165. le Guide de pèlerinage mondial Le site Web est la source d’information la plus complète sur ce sujet.

Kairouan